CULTURE SANG & OR

Actualités

Aruna Dindane : «Quand je donne ma parole, je la respecte.»

Aruna Dindane était l’invité de l’épisode 21 de l’émission Culture Sang et Or. Ancien attaquant du RCL, Aruna c’est pour rappel 132 matchs au RC Lens, 39 buts. Aruna, quel est ton meilleur souvenir de Lens ? Mon meilleur souvenir, ça va rester la finale de coupe de la ligue, même si on a perdu, ça reste le niveau le plus haut auquel on est arrivés donc ça restera mon meilleur souvenir. Que deviens-tu aujourd’hui ?En ce moment je suis en formation à Limoges dans le domaine de l’économie du sport. Parallèlement je m’occupe d’une association de football en Côte d’Ivoire.  Tu es dans le domaine du recrutement ? Tu observes les pépites ? Non, je travaille plus pour la défense des footballeurs ivoiriens. On connaît la situation des footballeurs en Afrique qui n’est pas évidente. Tous les joueurs là-bas n’ont pas la chance de pouvoir venir en Europe. On essaye donc de les aider et de les accompagner pour qu’ils puissent vivre de façon décente. Quel est le joueur qui t’a le plus inspiré dans ta carrière ? Sur toute ma carrière, je ne vais même pas parler d’un attaquant, et je vais parler de Lens. Le joueur qui m’a le plus marqué, impressionné c’est Hilton. Le fait de le voir encore jouer aujourd’hui est impressionnant. Je ne savais pas qu’il allait jouer jusqu’à cet âge-là. C’est vraiment un joueur atypique, très intelligent. Il avait un très bon timing et arrivait à prendre tous les ballons. Je me souviens de l’avoir vu jouer contre Jan Koller qui mesurait plus de 2 m. Il lui prenait tous les ballons de la tête. Jan Koller je le connais bien aussi pour avoir joué avec lui à Anderlecht. Il avait aussi un bon timing mais moi j’étais là sur le terrain et je voyais Hilton prendre le ballon ! Hilton mesure 1,78 m ! Il avait en plus une bonne relance. Vraiment il m’a impressionné comme défenseur. Comment as-tu vécu la transition entre la saison 2006-2007 et la saison 2007-2008 (début des années difficiles) ? Ça a été aussi difficile pour moi. Les deux premières saisons se sont bien passées et la troisième… ça va commencer à moins bien se passer. La quatrième saison je me blesse donc ça a été assez difficile. C’est dommage car nous avions vraiment du potentiel pour arriver derrière Lyon qui, à l’époque, était le PSG d’aujourd’hui. Est-ce que le match à Troyes perdu 3-0 est le match qui a marqué le début de la fin à Lens ? Oui tout à fait. Nous étions à un point de la ligue des champions et nous avions largement la place pour remporter ce match. Si on rejoue ce match dix fois on le gagne neuf fois. Et nous l’avons perdu. La descente de Lens a commencé là-bas et c’est vraiment dommage car nous avions vraiment tout pour y arriver. Parlons de l’époque Guy Roux. Y a-t-il des choses qui t’ont étonné avec lui ? Moi ce qui m’a marqué, c’est qu’on n’avait pas le droit de manger la salade avant le plat de résistance (rires). Plus sérieusement il n’est pas resté longtemps donc il ne faut pas non plus lui attribuer tous les échecs du club. On avait largement la possibilité de se maintenir et on ne l’a pas fait. Quand en 2008 le club est descendu en ligue 2, beaucoup de gens ont cru que tu allais partir et finalement tu es resté. Pourquoi ce choix ? Il est vrai que j’ai toujours pris des décisions à contre-courant. Je suis resté à Lens pour me soigner et espérer rejoindre rapidement le terrain. Je suis fidèle. Parlons de ce transfert à Marseille qui ne s’est pas fait. Tu étais à Anderlecht et tu as finalement choisi Lens comme destination en France. Peux-tu nous parler de ce choix ? Je suis assez effacé et timide dans la vie mais j’ai beaucoup de valeurs. Quand je donne ma parole, je la respecte. J’avais donné ma parole à Gervais qui s’était déplacé jusqu’à chez moi en Belgique. Ça a fait la différence. Et je ne regrette pas d’être venu à Lens. Si je répète les propos de Grégoire Margotton « Pas pour Dindane, pas pour Dindannnnneee, exceptionnel ! » est-ce que ça t’évoque quelque chose ? Lens-Saint Etienne, 2007-2008. Nous étions menés à la mi-temps et nous avions tous été touchés dans notre amour-propre. Il fallait donc réagir en deuxième mi-temps. On a réussi à le faire, c’était vraiment magnifique. On ne pouvait pas accepter que quelqu’un nous fasse ça à Bollaert et donc il fallait réagir. Quel est ton plus beau but à Lens ? J’ai mis quelques buts importants mais j’avoue que c’est celui marqué contre Nancy. Pourquoi ? Parce que c’est mon premier but en championnat Lens a affronté Marseille cette semaine. Aruna tu as fait pas mal de matchs contre Marseille, est-ce que c’était un rendez-vous spécial d’affronter cette équipe ? C’était toujours un match différent quand on jouait contre Marseille. Quand tu es joueur et que tu rencontres Marseille tu as toujours envie de les battre. Ça a toujours été un match spécial. En ce qui concerne le match nul contre Marseille, je suis assez satisfait il ne faut pas oublier d’où l’on vient. Un point c’est toujours bon à prendre. Que penses-tu du début de saison de Florian Sotoca ? Il faut qu’il continue parce que le plus important pour un attaquant c’est la combativité et il l’a. Après, le reste, l’efficacité, ça viendra. Un jour un grand monsieur m’a dit : « Pour un attaquant le plus important ce n’est pas de marquer. Le plus important c’est de se créer des occasions.» Un avis sur Seko Fofana, ton compatriote ivoirien ? Est-ce que tu connais bien ce joueur ? Malheureusement non car je ne suis pas souvent ici. Mais je sais néanmoins que c’est un joueur d’avenir et qu’il a bien fait de venir à Lens. Il fera de bonnes choses. Il va encore progresser et pourquoi pas s’installer en sélection ivoirienne. Pour revoir cette émission > iciRetrouvez l’ensemble de nos podcasts > ici Retranscription | L’équipe Culture Sang et Or

Aruna Dindane : «Quand je donne ma parole, je la respecte.» Lire la suite »

Sarah M’Barek : «On va tout faire pour répondre à l’attente du club, parce qu’on nous donne des moyens. C’est ce que j’explique aux joueuses. »

Invitée de l’épisode 20 de l’émission Culture Sang et Or, Sarah M’Barek, manageure et entraîneure du RCL féminin revient sur sa carrière et le projet du Racing. Sylvain Creis : Coach, manager, tu es plus qu’une coach au RC Lens pour les Féminines ? Sarah M’Barek : Oui en effet, j’ai une double fonction : j’ai une fonction de manager, et puis entraîneur de l’équipe première, avec l’objectif de structurer cette section féminine et de la faire évoluer le plus rapidement possible, et le plus sereinement possible. Sylvain Creis : On va commencer par te présenter, en dire un peu plus sur toi. Ancienne joueuse professionnelle notamment, passée par Montpellier. Tu as commencé à coacher à Montpellier, très jeune, puis tu as eu une expérience internationale avec Djibouti (ndlr : Sarah M’Barek a également entraîné l’EA Guingamp pendant cinq saisons entre Montpellier et Djibouti) et là tu arrives dans le projet RC Lens. Raconte-nous déjà ta carrière ? Sarah M’Barek : Ma carrière d’entraîneur ou de joueuse ? Sylvain Creis : De joueuse ! En plus il y a eu l’équipe de France, ce n’est pas rien (rires) ! Sarah M’Barek : J’étais en sélection de jeunes depuis mes 14 ans, j’ai fait un peu mes classes. Et puis j’ai eu ma première sélection en 1997, à 20 ans, contre la Suisse, ou l’Italie, j’ai un doute. J’ai côtoyé le très haut niveau. Je n’ai pas beaucoup joué, j’ai toujours été sélectionnée mais en terme de nombre de sélections ce n’est pas très élevé (18), mais par contre j’étais dans le groupe à chaque fois. C’est ce qui a développé mon envie d’être entraîneur, d’être sur le banc et développer cette faculté à analyser les choses. A ressentir des choses très difficiles, parce que quand on ne joue pas c’est dur. D’être capable d’en parler avec son entraîneur. J’ai développé cet esprit d’analyse en étant sur le banc. A côté de ça, j’ai eu la chance de pouvoir évoluer en première division, à la Roche sur Yon puis à Montpellier, où j’ai joué pendant six ans. Et puis j’ai eu un problème de santé. J’ai été greffé du rein en 2006. Quand on est greffé du rein, on est greffé dans la fosse iliaque, et c’est très exposé aux chocs. Donc je m’étais promis d’arrêter complètement ma carrière de joueuse si cela arrivait, et c’est arrivé, du coup j’ai mis un terme à ma carrière. Et puis j’ai enchaîné tout de suite au poste d’entraîneur, j’ai eu cette opportunité offerte par Louis Nicollin de pouvoir reprendre l’équipe première, l’équipe avec laquelle j’avais joué deux années avant. Avec des joueuses qui étaient des amies, c’était un petit peu compliqué au départ. J’ai relevé ce défi et je suis resté 6 ans à la tête de cette équipe. Sylvain Creis : Et puis des titres en tant que joueuse, et coach, ça s’est joué à rien ? Sarah M’Barek : Oui ça s’est joué à rien. Les années montpelliéraines ont été très fructueuses en termes de titres ou en termes de compétitions.  On a gagné la Coupe de France, on a joué la Ligue des Champions , on est allées jusqu’en quart de finale. On est éliminées, sans avoir perdu, par un match nul. Ca reste une très très belle expérience, et c’est ce qui m’a vraiment donné envie de poursuivre sur cette voie parce que j’ai senti que c’était fait pour moi. Sylvain Creis : Et derrière, Guingamp, Djibouti, et puis quelque chose qui te caractérise, et qui transpire dans ces projets : on te dit « bâtisseuse » ? Sarah M’Barek : C’est vrai qu’à chaque fois, ce sont des projets qui demandent de la construction, de l’investissement, du temps pour pouvoir mettre en place des choses, de la formation notamment, et puis des choses qui perdurent dans le temps. Une certaine  stabilité, et ça me caractérise. Que ce soit Montpellier, Guingamp ou même Djibouti où ça n’a duré qu’une saison, on a réussi en peu de temps à construire des choses qui, je pense, vont avoir des conséquences rapidement, car ça se passe bien avec la personne qui a pris le relai. Et Lens, qui de par ses valeurs, son histoire, m’a attirée et c’est vrai que je suis très très contente d’être ici. Ça se passe bien, même si c’est une situation et une saison particulières. On sent qu’il y a une très bonne motivation, une grande envie de faire évoluer la section féminine, et je suis très très motivée ! Sylvain Creis : Est-ce que tu peux nous présenter ce projet RC Lens Féminins ? Sarah M’Barek : L’objectif c’est de pouvoir structurer tout ce qui est catégorie de jeunes, car il y avait déjà des choses mises en place. Maintenant il faut être capable de donner l’esprit et les valeurs du RC Lens, d’inculquer aux jeunes l’esprit de compétition, la culture de la gagne, l’envie d’aller au haut niveau et de jouer avec cette équipe première. Et puis pour l’équipe première, l’objectif c’est de monter en première division. C’est dur avec cette saison un peu compliquée, mais on s’était fixés deux-trois ans, sans se fixer de date, mais le plus rapidement possible. Mais avec l’envie et l’objectif de ne pas faire la navette, vraiment de construire une équipe et un projet qui puisse durer et perdurer en première division. Amaury Demonchaux : Quand tu es arrivée Sarah, quelle est la synthèse que tu as faite ? Tu as analysé tout ce qui se passait au niveau de la formation. Est-ce que pour toi il y avait déjà une vraie belle base qu’il faut juste sublimer et apporter l’expertise professionnelle ? Ou est-ce qu’il y a beaucoup de travail et tu penses que ça va prendre beaucoup de temps ? Sarah M’Barek : Il y a une très belle base au niveau des jeunes. C’était peut-être un petit plus dans un travail de masse et de quantité. Donc c’est de ce côté-là qu’il faut écrémer et mettre en place la pyramide vers le haut niveau et l’équipe première. Mais tout ce qui a

Sarah M’Barek : «On va tout faire pour répondre à l’attente du club, parce qu’on nous donne des moyens. C’est ce que j’explique aux joueuses. » Lire la suite »

Chercheurs d’or

Le mercato hivernal vient de s’achever et fut finalement calme côté lensois, à l’instar de la majorité des clubs de ligue 1. Au rayon départ, notons toutefois le départ en prêt de Charles Boli au Paris FC, ainsi que les départs définitifs de Cyrille Bayala (Ajaccio) et Alexandar Radovanovic (Courtrai). Franck Haise avait annoncé très tôt que l’effectif professionnel était pléthorique et qu’il nécessiterait un allègement. C’est donc chose faite. Cependant, ces départs voulus n’ont pas été les seuls évoqués durant ce mois de janvier. En effet, le retour tant attendu du racing au plus haut niveau entraîne des effets inévitables. La mise en lumière des performances de l’équipe a entraîné la curiosité du public, des spécialistes et des recruteurs. La réalité des transferts s’impose donc aujourd’hui à un racing qui n’avait probablement pas prévu d’entrer (si vite ?) dans une logique de trading de joueurs. Mais les temps changent rapidement et, comme on l’entend de plus en plus, le football doit se réinventer. On l’a donc bien compris, les rares occasions de renflouer les caisses devront toutes être étudiées. En ce sens, les circonstances vont probablement pousser les dirigeants lensois à s’asseoir régulièrement autour d’une table pour discuter. Il y a plusieurs raisons à cela mais on peut en relever deux majeures : la dégradation soudaine du contexte sanitaire et le scénario tout aussi imprévu du faux-bond de Médiapro. Les recettes ont diminué à cause de la fermeture des stades et la situation économique est devenue dangereuse en pleine cacophonie générale sur l’attribution des droits télé. On l’a donc bien compris, les rares occasions de renflouer les caisses devront toutes être étudiées. Les bonnes performances de l’équipe ont mis en avant les prestations collectives et individuelles. Certains joueurs ont donc naturellement attiré l’œil de grands clubs européens. Et en particulier les jeunes joueurs qui sont devenus une cible prioritaire lors de ce mercato hivernal (et le seront probablement lors des prochains) car les joueurs dont le prix de transfert est trop grand, et qui plus est, possèdent des salaires souvent mirobolants, sont devenus inaccessibles, mêmes pour les clubs européens les plus riches. L’heure est donc aux paris et à la spéculation. En d’autres termes, il faut flairer les bons coups. Dans cette perspective, Loïc Badé, Facundo Médina, Cheick Doucouré ou encore Seko Fofana devraient être rapidement des cibles. Il était d’ailleurs fréquent, très tôt dans la saison, d’entendre lors de discussions passionnées dans les travées des réseaux sociaux, devenus notre Bollaert virtuel, qu’il ne fallait pas s’attendre à conserver ces joueurs 3 ou 4 ans. En ce qui concerne le board lensois et notamment le président Joseph Oughourlian, il y aura probablement un équilibre à trouver pour concilier les aspects sportifs et économiques. Nous sommes probablement condamnés, pour quelques temps, à devenir des dénicheurs de « pépites » Il s’agira de rester compétitif sur la scène de la ligue 1 tout en veillant à rester solide d’un point de vue financier. Ainsi, nous sommes probablement condamnés, pour quelques temps, à devenir des dénicheurs de « pépites », terme que les médias ont pris l’habitude d’utiliser à tout-va. Ceci sera possible grâce au travail minutieux de la cellule de recrutement. On peut d’ores et déjà dire qu’il a été l’un des facteurs de la réussite de cette première moitié de saison plus qu’honorable. Car le club est promu et se situe dans une étape de transition entre une période d’une dizaine d’années difficiles financièrement et sportivement, et un retour au plus haut niveau national. C’est tout le mal qu’on souhaite au racing afin de retrouver la scène européenne qui a tant fait vibrer notre stade. Ecrit par Mathieu Fardel

Chercheurs d’or Lire la suite »

Luc Dayan : « Ce qu’il faut savoir c’est qu’il y a eu des moments où j’ai cédé et d’autres où je n’ai pas cédé. »

Invité de l’épisode 19 de l’émission Culture Sang et Or, Luc Dayan est revenu sur son passage à la tête du Racing Club de Lens et évoque la situation actuelle du football. Thomas Deseur : A la fin de l’année 2012, le Crédit Agricole fait appel à vous pour occuper la fonction de président du Racing Club de Lens. L’idée étant de réaliser une transition, afin de maintenir le club financièrement et sportivement, pour en réaliser la revente auprès de Gervais Martel avec l’appui d’Hafiz Mammadov. Parlez-nous de ce premier jour où vous êtes arrivé à La Gaillette. Luc Dayan : J’avais demandé que l’on réunisse tout le monde dans l’amphithéâtre de La Gaillette, les salariés, les joueurs et les associations de supporters, pour se présenter et expliquer la situation. Il a fallu affronter le fait que j’ai été président du LOSC qui, je le savais, pouvait se montrer problématique. Même si nous avions joué à l’époque avec Lille à Lens, j’ai pu garder d’excellentes relations avec les dirigeants et des amis à Lens. Mais le 1er jour, je n’en menais pas large, car il s’agissait du 1er jour où Gervais (Martel) n’était plus président, je connaissais la situation financière et l’étendue de la tâche, car le stade Bollaert était dans un état désastreux. Il y avait une Banque (le Crédit Agricole), qui mettait de l’argent, qui se demandait comment faire et qui s’est posée la question s’il ne fallait pas couper. Il fallait reconnecter tout ça et ce 1er jour je suis arrivé avec Antoine Sibierski, qui adore le club de Lens, en qui j’ai une grande confiance et qui faisait le lien avec les anciens. Je me rappelle ce jour avec beaucoup d’émotion, car il n’était pas sûr que ça prenne, que le discours passe et que les gens comprennent la problématique. Thomas Deseur : Vous avez succédé à Gervais Martel, est-ce qu’il pensait que vous étiez la personne idoine pour lui succéder ? Luc Dayan : Gervais m’a dit : « Si ça n’avait pas été toi, je leur aurais mis le feu ». On se connaît avec Gervais et je pense qu’il y a eu cette rivalité à l’époque de Lille, mais je suis un personnage un peu atypique dans ce monde là et je le lui avais déjà dit à l’époque où nous étions à l’UCPF (Union des Clubs Professionnels de Football) et que nous échangions sur les relégations, il me disait « Mais non ! Lens ne descendra jamais ! ». Je suis donc un personnage atypique, mais il sait que je suis droit et que j’aime les clubs, c’est-à-dire que j’aime l’importance qu’ont les clubs dans une ville. J’aime le lien entre les différentes parties et cette complicité. J’adore le football qui fait parti de ma vie. Ce lien avec Gervais, durant cette période difficile, a probablement aidé à ce que le club n’explose. J’ai fait attention aux mots que je prononçais, car j’avais connaissance de toute la problématique financière. J’étais là pour trouver les conditions afin que le club puisse : 1) rester en vie et 2) créer les conditions pour qu’il puisse repartir avec ou sans Gervais. Ce défi m’a passionné, c’était un moment clé de l’histoire du club et c’est l’un des dossiers dont je suis le plus fier. Je me souviens de la suite des événements où il fallait aussi convaincre le Crédit Agricole, et ses sociétaires, de faire des efforts. Puis il a fallu rencontrer l’ensemble des politiques concernant la rénovation de Bollaert. Le fait d’être une personne extérieure a facilité les choses, car je n’avais pas d’intérêts avec des missions claires et déclarées. Je n’étais pas là pour m’approprier une fonction de président ni une richesse. Avec beaucoup d’engagements, c’est une mission réussie, le club a été sauvé et les travaux de Bollaert ont pu être votés, ce qui était indispensable. Thomas Deseur : Dans votre CV, vous êtes vu comme un « sauveur de clubs », mais qu’est-ce qui change entre faire cette mission à Lens et dans un autre club ? Luc Dayan : Il y a des clubs comparables dans lesquels je me suis senti bien et où je me suis senti à l’aise au moment je suis arrivé, que ce soit avec les salariés, l’environnement ou l’histoire. On peut prendre comme exemple Nantes, où j’ai été extrêmement à l’aise très vite, avec un dossier compliqué et qui a été géré dans l’urgence. C’est un endroit où je me suis fait des amis et où j’ai gardé des relations avec certains salariés. A contrario, il y a des clubs où vous avez moins cette charge émotionnelle comme par exemple Nice, qui est un club que j’ai également sauvé. Ici, le fait d’avoir été à Lille et de connaître l’histoire de Lens, les joueurs et l’environnement m’a beaucoup facilité les choses quand même. Le Nord, où j’ai vécu pas mal de temps et avec ses différences entre Valenciennes, Lille et Lens, dispose des mêmes personnalités politiques. Si je prends l’exemple de Daniel Percheron, que je n’ai pas connu quand j’étais à Lille, mais qui a entendu tout le travail effectué à l’époque, ça crée des climats de confiance. D’ailleurs, Michel Faroux (Directeur Général Adjoint du Crédit Agricole de 2008 à 2016) me l’a dit : « Si on t’a choisi, c’est pour le travail effectué à Lille ». Ça prouve que les gens avaient gardé la trace de qui avait été fait, même à la suite des décisions impopulaires que j’avais prises, mais qui ont sauvé le club. Par exemple, l’argent de la Ligue Des Champions qui avait servi à construire le centre de formation et c’est ça qui a servi de base au LOSC que l’on connaît aujourd’hui. Comme j’ai pu le dire, j’aime les clubs et ce qui me rend dingue, ce sont les présidents qui sont prêts à faire exploser les clubs en les mettant dans des situations intenables et qui quand ils explosent, descendent de 5 divisions comme ça a pu être le cas pour Bastia ou Strasbourg, c’est une catastrophe. Gregory Lallemand : Vous parliez de décisions impopulaires, mais il y

Luc Dayan : « Ce qu’il faut savoir c’est qu’il y a eu des moments où j’ai cédé et d’autres où je n’ai pas cédé. » Lire la suite »

L’histoire « so british » du partenariat Lens et Umbro en 1996

En signant avec le RC Lens à l’été 96, l’équipementier britannique Umbro avait eu du flair. Deux ans plus tard, le club du Pas-de-Calais était sacré champion de Division 1, devant la France entière du foot, avec la marque au double losange tissée sur son célèbre maillot Sang et Or. Un gros coup marketing pour cette firme mancunienne fondée par les deux frères Humphrey en 1924 et dont le siège social en France était situé à Vitré (Ille-et-Vilaine). Umbro était déjà bien connu en Europe et même au-delà puisque la marque équipait la Seleçao en plus des Three Lions ou encore Man U, l’Ajax, l’Inter et la Lazio… Surtout, elle venait de sponsoriser l’Euro 96 organisé dans son pays. Et dès le début des 90’s, les sweats au double losange fleurissaient dans les « terraces » des stades Outre-Manche mais aussi parmi les groupuscules hooligans en Europe et notamment à Paris dans la tribune rouge du Parc des Princes, côté Boulogne. Néanmoins, à deux ans de la Coupe du Monde 98 en France, l’équipementier britannique avait besoin de se développer dans l’hexagone. Avant le Racing, il n’équipait guère que le club d’Aurillac coaché par Thierry Oleksiak en N3. Son chiffre d’affaires était en constante augmentation sur le sol français mais il fallait un développement plus massif. A travers le foot puisque Umbro ne faisait que du foot. A l’été 1996, le rapprochement entre Umbro et le RCL s’est donc fait presque naturellement. Umbro lorgnait sur le club le plus british de l’hexagone tandis que le RCL, revenu sur l’échiquier européen, rêvait d’un merchandising à la Manchester United. « On n’a pas choisi Lens par hasard, expliquait d’ailleurs le responsable d’Umbro France dans les colonnes de France Football à la reprise de la saison 96-97. Il y a ici de vrais supporters, un vrai public qui se rapproche de notre culture anglaise. Et puis on voulait comme cadre un vrai stade de foot qui ne serve qu’au foot et qui ne soit pas récupéré par une autre activité et donc un autre équipementier. Enfin, Lens était intéressé par notre capacité à vendre des produits répliquats. » Soit des maillots, shorts, chaussettes et autres tenues d’entraînement portés par les idoles des supporters. Au Racing, Serge Doré, bras droit du président Gervais Martel, avait pour mission de développer le chiffre d’affaires des produits dérivés du club. Sa référence : Manchester United et son mégastore qu’il était allé visiter plusieurs fois et dont l’essentiel des produits était estampillé Umbro. La marque britannique et Lens s’engagent alors pour cinq années. « Lens fait comme nous, avait déclaré Dominique Potel d’Umbro France à la signature, son équipe dirigeante a attendu d’avoir une base suffisamment solide avant de lancer son véritable développement. On n’a rien sans de bonnes bases. » Les fondations du « nouveau » RC Lens étaient construites par Gervais Martel et son équipe depuis sa prise de fonction en 1988. « Le savoir-faire d’Umbro et son professionnalisme sont pour nous un gros atout, commentait l’homme fort des Sang et Or, nous travaillons nos gammes afin de promouvoir l’image de Lens en dehors de la ville. Outre Umbro, qui fera connaître le Racing via ses maillots et d’autres produits, on planche, par exemple, sur une marque de jus d’orange RC Lens ou même un camembert RC Lens. Il nous faut véhiculer l’image de notre club sur les produits de tous les jours. » La « britannisation » du RC Lens était en cours avec, également, les premières salles VIP prévues au coeur du nouveau stade Bollaert version Mondial 98. Le club disposait alors d’un budget de 120 millions de francs « qu’il faut faire passer à 150 voire 200 millions dans les deux ans si on veut être performants », précisait GM. Umbro avait donc confectionné trois maillots durant l’été 96 : le rayé sang et or pour les matchs à domicile (et qui sera celui du premier et unique titre de Champion de France du club), le jaune et turquoise pour l’extérieur, et un rayé noir et blanc « façon Juve » lorsque les deux premiers ne convenaient pas. Ce dernier fut par exemple utilisé dès la 3ème journée du championnat 96-97 à Nantes (voir vidéo). Lens parcourra ensuite l’Europe, de Tel-Aviv à Vigo en passant par Kiev, Athènes ou encore Madrid, avec son maillot Sang et Or Umbro. A l’aube de la saison 2001-2002, un nouvel équipementier, Nike, succèdera à Umbro. Ecrit par Yann Lefrère (Vintage RCLens)

L’histoire « so british » du partenariat Lens et Umbro en 1996 Lire la suite »

Charles Boli : « Je suis Charles et c’est à moi de me distinguer. »

Invité de l’épisode 18 de l’émission Culture Sang et Or, Charles Boli est revenu sur son départ (sous forme de prêt) lors du mercato hivernal, sur le poste qu’il affectionne et sur ses début avec le PFC. Bonjour Charles et merci de nous rejoindre. Ton actu c’est donc un prêt au Paris FC. Alors, comment ça se passe ?Franchement ça se passe bien. J’ai été très bien accueilli, l’intégration s’est bien passée. Je suis très content d’être ici et prêt à faire une bonne deuxième moitié de saison. A quel moment s’est décidé ce départ ?A la reprise. Ça s’est fait en deux jours. Après un premier contact avec le Paris FC, j’ai discuté avec les dirigeants de Lens puis j’ai donné mon accord. Aujourd’hui je suis très content d’être ici. C’est le bon choix pour trouver du temps de jeu ?C’était important pour moi de rejouer et je ne pouvais pas avoir le temps de jeu désiré au RC Lens. Donc je pense que le Paris FC est une bonne opportunité pour moi. Je n’ai pas hésité. Tu t’es blessé lors de la préparation d’avant-saison. Est- ce que tu penses que sans cette blessure tu aurais pu t’imposer dans cet effectif ?Avec les « si » on refait le monde. C’était juste mon destin et ça devait se passer comme ça. On ne peut pas refaire l’histoire. Je suis parti en prêt pour jouer et je suis content d’être ici. Ça se passe comment tes débuts là-bas ? Tu as du temps de jeu ? Comment te sens-tu dans le groupe ?Nous avons joué trois matchs. J’ai été bien accueilli. Il nous reste à trouver des automatismes mais les entrainements se passent de mieux en mieux. Comment analyses-tu la première partie de saison du Racing ?Ils ont surpris beaucoup de monde mais moi je voyais le groupe travailler et ça ne me surprend pas tant que ça. Il y a de la qualité dans le groupe et nous n’avons rien à envier à certaines équipes de ligue 1. Avec beaucoup de travail, les résultats suivent. Tu es le fils de Roger. Mesures-tu l’attente des supporters, surtout suite à ce que tu as déjà montré sur le terrain ?Le fait que je sois le fils de Roger, je n’y pense pas. Mon père a écrit son histoire avec le Racing Club de Lens. Moi je suis un autre joueur, je suis Charles et c’est à moi de me distinguer. C’est quoi l’objectif, revenir à Lens ?J’appartiens au RCL et je suis sous contrat jusqu’en 2022. Pour le moment je suis concentré sur ma deuxième partie de saison avec le Paris FC, après on pourra réfléchir. Est-ce qu’en voyant l’évolution de Simon Banza, prêté au Luxembourg, tu te dis que c’est un bon exemple de la nécessité d’être prêté pour revenir plus fort ?Je suis très heureux pour Simon, c’est un ami qui représente le centre de formation. Il s’est blindé grâce à ses prêts et ça lui a fait du bien. Aujourd’hui c’est un joueur important. Gaëtan Laura en est un autre exemple et il est aujourd’hui l’un des meilleurs joueurs de ligue 2 après avoir joué dans plusieurs clubs d’un niveau inférieur. Une carrière n’est pas toujours tout rose, il faut aller de l’avant. Tu suis l’évolution de l’équipe, tu as encore des contacts ?Oui bien sûr, le groupe vivait bien, je m’entendais avec tout le monde. Parle-nous des autres jeunes de l’équipe, tu leur conseillerais d’être prêtés ?Je ne conseille rien, chacun sa trajectoire. Ils ont un potentiel incroyable et ont la capacité d’intégrer l’équipe. Tu joueras à quel poste à Paris, toi qui est assez polyvalent ?Milieu offensif droit pour le moment. Je suis un joueur offensif de formation et je suis venu pour évoluer à un poste plus offensif qu’à Lens. Est-ce que le fait que la N2 ne joue pas handicape les joueurs comme toi qui ont besoin de temps de jeu ?Oui c’est un problème car les entrainements sans compétition c’est compliqué. Physiquement ce ne sont pas les mêmes demandes et c’est compliqué. Tu es un joueur avec une palette assez large. Sur quel poste au RCL te verrais-tu le mieux dans le système actuel ?Milieu relayeur ou numéro 10 car je suis milieu offensif de formation. Tu en as discuté avec Franck Haise ?Je ne vais pas m’étaler, on s’est dit ce qu’on pensait. Je suis revenu à l’entrainement à un moment où l’équipe marchait bien donc c’est normal de ne pas tout chambouler. Il m’a dit qu’un prêt pourrait être intéressant. Franck Haise avait fait de toi un capitaine en N2. Es-tu surpris de cette faculté à transposer sa réussite de la N2 à la ligue 1 ?Ça ne me surprend pas. Quand il est arrivé dans le vestiaire, les joueurs ont tout de suite adhéré. Merci Charles, nous te souhaitons la meilleure fin de saison possible avec Paris. A très vite ! Merci également au Paris FC. Pour revoir cette émission > iciRetrouvez l’ensemble de nos podcasts > ici Retranscription | L’équipe Culture Sang et Or

Charles Boli : « Je suis Charles et c’est à moi de me distinguer. » Lire la suite »

Sylvain Lemoine, dit Sylvano : « Moi j’ai besoin d’être au stade trois heures avant. »

Nouveau speaker de Bollaert-Delelis, en duo avec Karine Mayeur, Sylvain Lemoine dit « Sylvano » était l’invité de l’émission Culture Sang et Or épisode 17, le lundi 18 janvier. Supporter du Racing depuis 1986 et ancien capo de la Marek, il nous a notamment expliqué comment il gère cette saison particulière. Thomas D : Tu es donc avec Karine le duo speaker du Stade Bollaert. Avant de parler de toi en tant que supporter Sang et Or, est-ce que tu peux nous expliquer ce que c’est concrètement d’être speaker ? Sylvain L : Je suis tout frais dans la profession, je suis un rookie. Je pense qu’on doit être le trait d’union entre le public et la pelouse. Ca part de là. Ce n’est pas uniquement venir au stade à 20h, et puis crier les noms des joueurs. Il y a un boulot en amont. On doit se rendre au stade trois heures avant, se rencarder avec Karine et faire l’avant-match, si il y a des hommages à faire, des speachs à faire, découvrir le conducteur du match. Karine c’est ma collaboratrice, elle met en place le conducteur dans la semaine. On se retrouve avant le match et on a un conducteur minuté à tenir seconde par seconde à partir du moment où on prend le micro, jusqu’au moment où les gens quittent le stade. TD : Alors Sylvano, je vais peut-être te donner un scoop, tu sais que il y avait plusieurs personnes en concurrence pour devenir speaker, et en finale, bah j’y étais. Je me suis dis « ah j’espère qu’il ne va pas être bon, et qu’on va venir me chercher ». Mais en fait le problème Sylvain, c’est que tu es bon. Sylvain L : Merci, mais du coup félicitations à toi pour avoir été en finale ! Samuel D : J’ai connu Sylvano quand il était capo, c’était un truc de fou. Il avait une capacité pour emmener la Marek c’était impressionant. J’avais quatorze ans, j’étais fasciné par Sylvano, l’énergie qu’il mettait pour arranguer la foule, pour faire chauffer toute la Marek, tout le stade, c’était vraiment incroyable. Sauf ton respect Thomas, je trouve que le club a fait un bon choix avec Sylvain. Moi je n’attends qu’une chose, c’est d’avoir 38,000 personnes à Bollaert pour le voir à l’oeuvre aussi. Thomas D : J’espère qu’il aura une gastro pour que je puisse le faire au moins une fois. Grégory L : Je le connais bien Sylvain, pour avoir fait quelques matchs à Bollaert. C’est quand même un choix fort. Sylvain est supporter de Lens depuis 1986. Il connaît les murs ! Il est capable d’emmener que ce soit en Marek, mais aussi dans les parcages à l’extérieur, il connait les gens presque visuellement, ça veut dire qu’il a ce contact direct, les gens savent qu’il est là parce qu’il est supporter de Lens. Il y a ce lien fort. Et surtout, les soirs de matchs, quand on aura la chance de vivre des matchs dits normaux, il aura les reflexes, les codes. Il a fait des tifos. Il aura un avantage sur tous les speakers de France. Il faut de la compétence partout pour que ça réussisse dans un club. C’est le créneau de la nouvelle direction. Je suis persuadé qu’ils vont trouver leur rythme de croisière et qu’avec Karine, ils vont s’éclater. Thomas D : C’est quoi ton meilleur souvenir de capo ? Et ton plus grand rêve en tant que speaker ? Sylvain L : D’un point de vue personnel, j’ai trouvé ça vraiment bien. Et après, il y a le côté collectif, que j’ai toujours tenu à mettre en avant. Il y a forcément le match de Bordeaux (quart de finale de CDF, ), la façon dont le match a été amené. Je ne « montais » plus à cette époque-là [« monter » dans le jardon veut dire prendre le rôle de capo, monter sur le perchoir], je suis arrivé au stade, j’ai cru comprendre que je devais monter, je n’avais pas trop le choix. Je n’avais pas prévu de monter sur ce match. Il y a ce match là, en plus l’ambiance était exceptionnel. Par rapport à ce match, je n’ai pas l’impression d’être un vecteur très important du match. L’idéal c’est que l’ambiance n’ait pas besoin d’un capo. L’idéal d’un point de vue technique, c’est moins le capo a de travail, mieux c’est ! Je pense que c’est la même chose pour le rôle de speaker. Même si ce sont deux choses différentes. Le speaker c’est un autre rôle. Ce n’est pas à lui de mettre le feu. Ça c’est le rôle du capo. C’est d’ailleurs ce qui me faisait peur, ne pas réussir à bien distinguer mon rôle de suite. Je n’ai pas pu m’entrainer beaucoup. Mais je me suis senti bien plus à l’aise contre Bordeaux (ndlr : de cette saison, en tant que speaker), j’ai trouvé des mots plus justes, j’avais une meilleure répartie, une meilleure approche du match, de l’avant-match. […autres souvenirs en tant que capo] Les matchs de Coupe d’UEFA. La grosse épopée, c’est encore quelque chose de très très spécial. Après, il y a le match contre le Milan AC, parce que j’ai grandi avec le Milan AC de Gulit, Van Basten, de les voir venir à Bollaert et leur mettre la fessée, je me souviens avoir pleuré le soir même, sur la grille j’étais en larmes. Ce sont des très très grosses émotions. Et sinon je penserais au jubilé de Roger Boli. C’est une grosse histoire, pour diverses raisons. C’est un match important dans mon histoire personnelle. Dans l’histoire des tribunes de Lens. Grégory L : Il faut rappeler que c’est au cours de ce match, en mai 2001, que pour la première fois, les ultras, et notamment les Red Tigers, se sont regroupés au centre de la Marek, avec le reste du kop. Alors qu’avant cela, il y avait des tensions latentes. Ça a été le début de quelque chose. Après le collectif Tony Marek est arrivé. Il y a eu une union des

Sylvain Lemoine, dit Sylvano : « Moi j’ai besoin d’être au stade trois heures avant. » Lire la suite »

« Mustapha, Mustapha, hey, hey » : comment le transfuge de l’OGC Nice a métamorphosé le RC Lens.

« Mustapha, Mustapha, hey, hey, Mustapha, Mustapha »…  Au tout début des années 90, bien avant le célèbre « Tous ensemble », le kop de Félix-Bollaert, très clairsemé à cette époque (7 597 spectateurs de moyenne sur la saison en D2), sautait à l’unisson pour acclamer sa nouvelle vedette du milieu de terrain, Mustapha El Hadaoui. En quelques semaines, le meneur de jeu marocain, transfuge de l’OGC Nice à l’automne 90, avait été unanimement adopté par le public Sang et Or. Il faut dire que le natif de Casablanca avait véritablement métamorphosé le onze lensois dès son arrivée en Artois en septembre 1990. Le Racing, qui entame alors sa seconde saison en 2ème division et ambitionne le haut du classement, sous les ordres d’Arnaud Dos Santos, touche le fond : 16ème de D2 après dix journées (5 défaites, trois nuls et deux victoires). Si bien qu’au retour d’une défaite à Tours, le jeune président Gervais Martel veut démissionner. Il en fait part durant le voyage à ses acolytes André Dubocage et Serge Doré. Lesquels tentent de le dissuader en trouvant un argument quelque peu farfelu : « A partir d’aujourd’hui, on ne perd plus ». Suffisant pour convaincre le néo-président, qui a déjà subi une relégation, de ne pas jeter immédiatement l’éponge. Mieux encore, ça le regonfle à bloc ! Gervais Martel fait imprimer un calicot sur lequel il fait inscrire :  « A partir du 22 septembre 1990, Lens ne perd plus ». Il accroche la banderole dans le vestiaire de ses joueurs. Mais comment ne plus perdre alors que l’équipe est en pleine déroute ? « Il faut un numéro 10 dans cette équipe », s’accordent à dire Arnaud Dos Santos, Jean-Luc Lamarche et Gervais Martel. Ce dernier scrute les effectifs des clubs de D1 pour tenter de dénicher une perle rare au milieu de terrain. Lens sonde le FC Nantes pour faire venir l’international belge Franckie Vercauteren. Trop cher. Finalement, le Racing opte pour l’élégant milieu offensif niçois, Mustapha El Hadaoui, peu utilisé par son coach Jean Fernandez. L’international marocain (55 sélections entre 82 et 94) arrive au Racing auréolé d’une réputation de grand technicien. Le natif de Casablanca et star du Raja a d’abord évolué au FC Lausanne en 1985 « pour s’acclimater, faire ses armes et se faire connaître dans un championnat moins difficile que celui de la France », expliquait-il à Sang et Or Magazine en 1993. Puis, jouissant de la double nationalité franco-marocaine (son père ayant servi dans l’armée française), il rejoint l’ASSE et son mythique maillot vert (87-88) avant d’endosser le Rouge et Noir des Aiglons de Nice (88-90), laissant de bons souvenirs aux supporters de ces deux clubs. Le 29 septembre 1990, « Mous » enfile pour la première fois la tunique Sang et Or contre Saint-Quentin à Bollaert devant 5 900 spectateurs (2-2). Dans la foulée, le Racing s’impose à Bourges (0-2), étrille Guingamp à Bollaert (6-2), va chercher un nul (0-0) à Rouen avant une autre étincelante victoire 4 à 0 contre le Red Star… « Mous » ne déçoit pas et va même régaler le public de Bollaert avec son alternance de jeu court et de jeu long millimétrés, sa percussion balle au pied, sa vitesse d’exécution. Le jeu lensois s’en trouve métamorphosé. La jeunesse dorée « made in RC Lens » (Wallemme, Sikora, Magnier, Laigle, Maufroy, Toffart, Saussé, Hochart…) prend confiance au contact du maestro marocain, bien aidé dans sa tâche par les plus expérimentés Gillot, Boli ou Slater. Le bilan des Lensois avec « Mous » à la baguette est éloquent : 12 victoires, 11 nuls et une seule défaite à Guingamp en 24 rencontres. Le Marocain marque huit buts et distille nombre de passes décisives, notamment à l’intenable Roger Boli (14 buts dont 3 en barrages). Si bien que les Sang et Or accomplissent une fantastique « remontada » au classement pour terminer 2e du groupe B (derrière Le Havre et devant Laval) et ainsi obtenir leur ticket pour les barrages d’accession à la D1. En plus d’éclabousser les rencontres de son talent, El Hadaoui a redonné l’envie au peuple lensois de reprendre le chemin de Félix-Bollaert (près de 10 000 spectateurs contre Reims, près de 25 000 pour la réception du leader Havrais, loin des 4 500 spectateurs de Lens-Niort en début de saison, la pire affluence dans le stade de 50 000 places à l’époque). Bollaert chante « Mustapha, Mustapha, hey, hey » et se prend à rêver… Le fils de Mustapha El Hadaoui, avec lequel le joueur a pris l’habitude de venir saluer le kop à la fin des matchs, est même adopté par les supporters lensois. Le petit bout de chou marocain a un surnom « Moussaillon » et a le droit à la même chanson que son papa. Place aux barrages. Lens élimine d’abord le voisin de l’USVA au 1er tour à Bollaert, puis se qualifie en aller-retour contre l’ogre strasbourgeois (70 buts!) du groupe A et son redoutable buteur Didier Monczuk (23 buts). Avant de tomber contre le Téfécé de Michaël Debève en finale aller-retour. Mais les Girondins de Bordeaux, secoués par « l’affaire Claude Bez », leur président, sont relégués administrativement en D2 en raison de leur déficit budgétaire. Gervais Martel, qui avait posé des réserves avant le match contre Toulouse et qui était bien décidé à aller devant les tribunaux, obtient le repêchage du Racing en Première division. Et Mustapha El Hadaoui accomplira deux saisons de plus en D1 avec le RC Lens avant de rejoindre le SCO Angers.  Dans le livre « Gervais Martel, fier d’être Lensois », paru en 2005, le président emblématique du Racing déclarait : « Celui-là (ndlr, Mustapha El Hadaoui), c’était un grand seigneur, d’une élégance rare, il nous a transformé l’équipe. » Et même au-délà, le club. De retour en D1, Lens ira chercher une qualification européenne en 1995 puis obtenir le titre de champion de France en 1998…          Ecrit par Yannick Lefrère / Vintage RC Lens

« Mustapha, Mustapha, hey, hey » : comment le transfuge de l’OGC Nice a métamorphosé le RC Lens. Lire la suite »

Feint d’artifices

Les téléspectateurs de Lens Strasbourg l’auront sûrement remarqué : le commentateur a cru durant quelques dizaines de secondes que des supporters s’étaient réunis autour du stade avec des tambours. On pouvait bien évidemment être dubitatifs étant donné l’existence du couvre-feu, mais surtout parce que la température extérieure devait approcher les 0° et que le brouillard ne permettait pas de voir à 10 mètres. Alors on peut être passionné mais il y a des limites ! En fait, le commentateur venait de se faire berner par l’ambiance artificielle sortant tout droit des haut-parleurs du stade Bollaert-Delelis « Ces initiatives mettent en avant l’adaptation du football à une nouvelle réalité : on fait semblant. » Depuis l’apparition de la Covid en France et surtout depuis la reprise du championnat de France, on s’aperçoit que le football n’échappe pas aux innovations virtuelles qu’a entraînées la pandémie. On a pu voir par exemple à Saint-Étienne une billetterie virtuelle qui a permis aux supporters de remplir le stade de France, mais surtout d’aider la recherche contre la Covid-19. Une démarche semblable a eu lieu en Angleterre lors d’un match de Cup où les supporters de l’équipe de Tottenham ont acheté 25 000 places virtuelles afin d’aider financièrement le club de huitième division qu’ils affrontaient. Ces initiatives mettent en avant l’adaptation du football à une nouvelle réalité : on fait semblant. Dans certains stades, on a mis des portraits de supporters sur les sièges et certaines entreprises ont même proposé la mise en place d’une foule fictive. Mais l’exemple le plus parlant est sans doute la mise en place d’ambiances artificielles dans beaucoup de stades. En tant que spectateur, supporter, et même téléspectateur, on peut se questionner sur son intérêt. Les avis sont d’ailleurs assez partagés sur cette ambiance. A Lille déjà, lors du derby, les décibels de la sono étaient anormalement élevés et les commentaires télé étaient quasiment couverts par le son émis dans le stade. On était à mi-chemin entre l’artificiel et le virtuel. A Lyon, on a ajouté les bandes-son adaptées aux actions. Les fausses réactions du public étaient dignes des jeux-vidéos des années 2000 et avaient un temps de latence d’une ou deux secondes avec l’action. Le Racing s’y est mis également : la Lensoise à l’entrée des joueurs et l’ambiance durant le match. Pourquoi ? Pour qui ? Cette ambiance permet-elle aux joueurs de se sentir mieux ?  On peut en douter. Permet-elle aux téléspectateurs de vivre plus intensément leur expérience télévisuelle ? Peut-être. Permet-elle aux diffuseurs de rendre plus attrayant un sport devenu beaucoup plus fade avec les tribunes vides ? Sûrement. Car oui, les matchs de foot sont parfois longs et ennuyeux à la télé quand ils sont dénués d’ambiance et de ferveur. «  On cache la misère des bruits […] qui rappellent de manière sinistre les matchs amicaux d’avant saison. » La multiplication des diffusions couplée à la désertification des tribunes rendent parfois le foot maussade, d’autant que la qualité du football proposé ne permet pas toujours de le rendre divertissant (ce qui, par chance, n’est pas souvent le cas du RC Lens cette saison). Alors on cache la misère des bruits de coups de pieds dans le cuir ou des hurlements des joueurs lors des contacts qui rappellent de manière sinistre les matchs amicaux d’avant saison. Si on admet d’un côté que l’ambiance du stade fait partie intégrante d’un spectacle global, on se permet d’un autre côté de la remplacer, lui ôtant ainsi sa réalité. N’est-il pas mieux de laisser de l’authenticité à cette situation exceptionnelle, sous peine de devoir se contenter à l’avenir de ces artifices ? On remplace difficilement un public, même par son propre doublage. Ça lui enlève son importance et le rapport du football à la vérité. Et il n’est pas dit que la fin de la pandémie entraînera une fin d’artifices. Car entre simuler la présence du public à Bollaert-Delelis, et amener Bollaert-Delelis chez les supporters, il n’y a qu’un pas que les progrès numériques apprécieraient de franchir. Ecrit par Mathieu Fardel

Feint d’artifices Lire la suite »

Dans le ciel de Nantes

Avec une série de deux défaites consécutives, le RCL se rend chez une équipe qui ne sait plus gagner : Nantes. Les canaris ont perdu des plumes depuis le match nul obtenu à Bollaert-Delelis (1-1) en novembre ainsi que leur entraîneur, remplacé par Raymond Domenech. L’ex sélectionneur des bleus a, dès sa prise en main, opté pour la simplicité : pas d’idées révolutionnaires, ni de grands principes. Le pragmatisme et la souplesse suffiront à son bonheur et à celui de ses hommes. Le 4-4-2, ou le choix du minimalisme Pour ce faire, il opte depuis deux rencontres pour un 4-4-2 à plat, qui est le système facile par excellence : facile à mettre en place et donc facile à intégrer.  Cette animation laisse ainsi peu d’espaces entre les lignes et se module très librement selon le profil de l’adversaire. « Un des objectifs, c’est de garder la même manière de jouer et de fonctionner mais il y a un adversaire en face. Il faut trouver cet équilibre quand on subit » admet Domenech. En à peine quelques jours, l’ex consultant télé a ainsi répondu à l’éternelle question qui taraude bon nombre d’entraîneurs de la planète pour gagner un match : dois-je imposer les principes de jeu de mon équipe à l’adversaire ou dois-je au contraire répondre aux problèmes que celui-ci me pose. Nantes souhaite garder davantage le ballon La formule a pour l’instant permis à Nantes de glaner deux points, ce qui n’est pas peu dans la situation que connaît le club aujourd’hui. Lors du dernier match disputé à la Beaujoire, les champions de France 2001 ont même affiché une possession de balle inférieure à 30%. « Maintenant, il faut retrouver de la confiance, avoir plus de sérénité et garder un peu plus le ballon parce qu’on a des joueurs capables de construire. On a mis la première pierre. Maintenant il faut continuer à améliorer le jeu […] » constatait Raymond après coup. « Lens, pour un promu, c’est une vraie belle performance. C’est une équipe solide. Leur envie d’aller de l’avant et de bousculer l’adversaire fait qu’on n’est jamais à l’abri avec eux. Ils sont capables de renverser n’importe qui. » À quoi s’attendre, dès lors, face au RCL ? Domenech prévient : « Lens, pour un promu, c’est une vraie belle performance. C’est une équipe solide. Leur envie d’aller de l’avant et de bousculer l’adversaire fait qu’on n’est jamais à l’abri avec eux. Ils sont capables de renverser n’importe qui. » Le discours reste prudent et la stratégie presque dévoilée : attendre les Sang et Or pour mieux les contrer. Une méthode qui a fait ses preuves face aux hommes de Haise. Ce dernier, lucide, loin de s’en inquiéter, a cherché à être proactif dans les corrections à apporter. « C’est aussi mon travail de refaire le point sur certains aspects comme on l’a fait cette semaine. Sans doute que je n’avais pas été assez exigent et clair. À moi de remettre l’accent et de trouver d’autres choses dans l’animation pour être encore un peu plus solides. » La défaite, ou le liant d’un groupe En tout cas, Lens n’est pas crispé par ses deux revers consécutifs et n’entend pas tout remettre en cause. Haise, qui avait, l’an dernier, lors de sa prise de poste, rappelé que la défaite devait être « un ciment et non une faille », a écarté tout début de crise de confiance. « J’espère bien qu’après 2 défaites consécutives, la confiance n’est pas trop ébranlée par rapport à tout ce qui a été réalisé depuis le début de la saison ! Je n’aime pas perdre de matches, eux non plus, mais dans une saison, on en perdra d’autres consécutivement. Il ne faut pas oublier ce dont on est capable mais remettre une exigence de chaque instant. Concrètement, dans le jeu, il s’agira pour les lensois de savoir concrétiser leurs phases de possession en retrouvant cette efficacité dans le dernier et l’avant-dernier geste notamment. Il faudra aussi que l’équipe soit au point techniquement pour se sortir des espaces restreints que laisseront les nantais entre les lignes de leur bloc parfaitement équilibré. Ode au résultat nul Enfin, il faut que les artésiens apprennent à ne pas perdre lorsqu’ils sentent qu’ils ne peuvent pas gagner. Selon le vœu du coach. « Il faut continuer à prendre des points, parfois 3, parfois aussi savoir faire un nul comme j’aurais aimé que cela soit le cas contre Strasbourg. »  Trois ingrédients parmi d’autres qui composent la recette du succès retrouvé. Un succès qui reste quoiqu’il arrive à construire selon Haise. « Il faut s’en donner les moyens en étant hyper vigilant avec plus de communication dans l’animation défensive. Ça empêchera certaines situations de se créer. On doit s’améliorer de ce côté. » En 1964, Barbara chantait « Le ciel de Nantes, rend mon cœur chagrin ». Les lensois ne craignent pas vraiment la tristesse. C’est d’ailleurs comme ça qu’on goûte bien souvent à la joie. Ecrit par Rinus | Lens absolu

Dans le ciel de Nantes Lire la suite »

Retour en haut