CULTURE SANG & OR

André Delelis : visionnaire passionné ?

Positionnés à une inespérée 5ème place au moment d’aborder le dernier tiers du championnat, le Racing peut se permettre de rêver d’Europe, maintenant que l’objectif maintien est acquis.

Pourtant, difficile de s’imaginer Lens européen il y a tout juste un an. Difficile également de nous imaginer prendre part à un débat sur les performances européennes des clubs français tant les joutes européennes nous paraissaient éloignées dans le passé (et dans le futur).

Car ce problème refait régulièrement surface et on cherche, à chaque fois, “La” solution.

La répartition des droits télés visant à nouveau à privilégier les « gros » n’était pas non plus à l’ordre du jour l’an dernier.

Le passage à une ligue 1 à 18 voire 16, évoqué aujourd’hui par Vincent Labrune et soutenu par Canal + (ou le contraire) et la FFF, était par contre bien un sujet de conversation, à un moment où le club commençait à végéter en ligue 2 sans apercevoir le bout du tunnel menant à la ligue 1.

Pascal Nouma à Bollaert face à l’Atlético Madrid | ©AS

Les conditions pour accéder en ligue 1 et a fortiori pour s’y maintenir tendant à se rétrécir, nous penchions nécessairement pour une solution qui permettrait aux « petits » clubs d’accéder à l’échelon supérieur de façon abordable. Revenons un instant sur un édito qui trouve aujourd’hui une résonance particulière au regard du contexte.

« Appartenant jadis à la commission chargée par le gouvernement de proposer une réforme du football français, il m’est arrivé de batailler ferme, avec le concours de M. Guy Roux, contre la limitation à 18 clubs de la division nationale.

Minoritaires, nous avons dû nous incliner devant ceux qui voulaient alléger la saison pour mieux préparer l’équipe de France et les clubs qualifiés en compétition européenne.

Nous avons maintenant 18 clubs, c’est-à-dire moins de recettes et quatre rétrogradés : combien d’entre eux iront rejoindre Reims et Sète tombés dans l’oubli ou Sochaux, Nîmes et Saint-Etienne, autant d’équipes au passé glorieux qui luttent pour survivre ?

En guise d’ « allègement », on a ajouté des matchs supplémentaires avec la Coupe de la Ligue et l’Intertoto !

Pour la saison qui s’ouvre, quinze clubs échapperont à la descente contre 16 la saison dernière.

A peine ces erreurs accomplies, voici que l’on parle d’un championnat européen dans lequel s’affronteraient toute l’année les meilleures équipes des Nations composant l’Europe.

Un rapide calcul laisse penser que la France n’y serait représentée que par une ou deux équipes maximum. On voit bien que Paris préfère rencontrer Barcelone ou Manchester que Rennes ou Châteauroux.

Ainsi le championnat national, déjà privé d’une soixantaine de ses meilleurs joueurs partis à l’étranger, verrait ses recettes diminuer en l’absence de Monaco ou du PSG.

Les recettes de télévision qui permettent aujourd’hui la survie de nombreux clubs de d1 fileraient vers l’Europe.

Par ailleurs, il ne manquerait pas de dirigeants ambitieux conduisant leurs clubs à la faillite pour figurer parmi cette nouvelle élite.

Ajoutez à cela la disparition prévue des subventions publiques en l’an 2000 et vous verrez que l’avenir du spectacle le plus populaire encore aujourd’hui est bien sombre.

A moins que les dirigeants du football français ne se ressaisissent à temps… »


Mettant le doigt sur certaines dérives liées au phénomène d’élitisation du football professionnel, ce discours met en avant la notion d’un sport « populaire » et n’est pas sans rappeler les dérives dont on parle en 2021. La présence des diffuseurs a par ailleurs pris de l’ampleur et ceux-ci prennent désormais place à part entière dans les prises de décisions.

Pourtant, ce discours date de septembre 1997 et a été écrit par Monsieur André Delelis, alors maire d’une ville qui s’apprête à devenir championne de France, elle-même future championne du monde.

Les quatre années qui suivent se joueront également à 18. Une recherche rapide permet de constater que les effets ne sont pas si bénéfiques : le spectacle n’est pas forcément meilleur et les performances européennes des clubs français ne sont pas plus élevées que lorsque le championnat reprendra à 20 équipes (à partir de 2002).

Monsieur Delelis avait affiché sa préférence : couper le gâteau en 20 plutôt qu’en 18 en se disant que de toute façon ce gâteau serait nécessairement plus gros à 20 clubs.

L’amour du football populaire et d’une représentativité plus étendue sur le territoire national semblaient avoir ses faveurs par rapport à une réduction du nombre de clubs (qui se résumerait probablement aux grandes agglomérations).

Il était également visionnaire et mettait en garde sur un point précis : le passage à 18 n’est-il finalement pas qu’une façon de se préparer à un « super championnat européen » en allégeant le calendrier et en donnant plus aux « gros » ?

Entre l’intérêt général et la dominance d’une élite, Monsieur Delelis avait choisi.


Ecrit par Mathieu Fardel



Vous souhaitez partager l'article ?