CULTURE SANG & OR

Chercheurs d’or

Le mercato hivernal vient de s’achever et fut finalement calme côté lensois, à l’instar de la majorité des clubs de ligue 1. Au rayon départ, notons toutefois le départ en prêt de Charles Boli au Paris FC, ainsi que les départs définitifs de Cyrille Bayala (Ajaccio) et Alexandar Radovanovic (Courtrai). Franck Haise avait annoncé très tôt que l’effectif professionnel était pléthorique et qu’il nécessiterait un allègement. C’est donc chose faite.

Florent Ghisolfi, Directeur sportif du RCL
(crédit photo : La Voix du Nord)

Cependant, ces départs voulus n’ont pas été les seuls évoqués durant ce mois de janvier. En effet, le retour tant attendu du racing au plus haut niveau entraîne des effets inévitables.

La mise en lumière des performances de l’équipe a entraîné la curiosité du public, des spécialistes et des recruteurs. La réalité des transferts s’impose donc aujourd’hui à un racing qui n’avait probablement pas prévu d’entrer (si vite ?) dans une logique de trading de joueurs.

Mais les temps changent rapidement et, comme on l’entend de plus en plus, le football doit se réinventer.

On l’a donc bien compris, les rares occasions de renflouer les caisses devront toutes être étudiées.


En ce sens, les circonstances vont probablement pousser les dirigeants lensois à s’asseoir régulièrement autour d’une table pour discuter.

Il y a plusieurs raisons à cela mais on peut en relever deux majeures : la dégradation soudaine du contexte sanitaire et le scénario tout aussi imprévu du faux-bond de Médiapro.

Les recettes ont diminué à cause de la fermeture des stades et la situation économique est devenue dangereuse en pleine cacophonie générale sur l’attribution des droits télé.

On l’a donc bien compris, les rares occasions de renflouer les caisses devront toutes être étudiées.

Zakaria Diallo toujours lensois
(crédit photo : rclens.fr)

Les bonnes performances de l’équipe ont mis en avant les prestations collectives et individuelles. Certains joueurs ont donc naturellement attiré l’œil de grands clubs européens. Et en particulier les jeunes joueurs qui sont devenus une cible prioritaire lors de ce mercato hivernal (et le seront probablement lors des prochains) car les joueurs dont le prix de transfert est trop grand, et qui plus est, possèdent des salaires souvent mirobolants, sont devenus inaccessibles, mêmes pour les clubs européens les plus riches.

L’heure est donc aux paris et à la spéculation. En d’autres termes, il faut flairer les bons coups.

Dans cette perspective, Loïc Badé, Facundo Médina, Cheick Doucouré ou encore Seko Fofana devraient être rapidement des cibles. Il était d’ailleurs fréquent, très tôt dans la saison, d’entendre lors de discussions passionnées dans les travées des réseaux sociaux, devenus notre Bollaert virtuel, qu’il ne fallait pas s’attendre à conserver ces joueurs 3 ou 4 ans.

En ce qui concerne le board lensois et notamment le président Joseph Oughourlian, il y aura probablement un équilibre à trouver pour concilier les aspects sportifs et économiques.

Charles Boli prend du temps de jeu au PFC en prêt
(crédit photo : Leparisien)

Nous sommes probablement condamnés, pour quelques temps, à devenir des dénicheurs de « pépites »


Il s’agira de rester compétitif sur la scène de la ligue 1 tout en veillant à rester solide d’un point de vue financier. Ainsi, nous sommes probablement condamnés, pour quelques temps, à devenir des dénicheurs de « pépites », terme que les médias ont pris l’habitude d’utiliser à tout-va. Ceci sera possible grâce au travail minutieux de la cellule de recrutement. On peut d’ores et déjà dire qu’il a été l’un des facteurs de la réussite de cette première moitié de saison plus qu’honorable.

Car le club est promu et se situe dans une étape de transition entre une période d’une dizaine d’années difficiles financièrement et sportivement, et un retour au plus haut niveau national. C’est tout le mal qu’on souhaite au racing afin de retrouver la scène européenne qui a tant fait vibrer notre stade.

Ecrit par Mathieu Fardel

Vous souhaitez partager l'article ?