CULTURE SANG & OR

Direction l’Italie, au Calcio Padova en Serie C, l’autre club de Joseph Oughourlian.


Après notre périple à Bogota pour partir à la rencontre des Millonarios, direction l’Italie et la Vénétie. Actuellement en Serie C, l’autre club de Joseph Oughourlian est globalement méconnu des suiveurs de football. Pourquoi ? Parce que depuis la fin des années 1990, le Calcio Padova a tout simplement disparu des radars. L’arrivée de Amber Capital a relancé les espoirs du peuple padouan qui rêve de retrouver l’élite du football italien. On part à la rencontre de Stefano Volpe, journaliste au Mattino di Padova, pour un entretien calcio e ristretto.

Bonjour Stefano, merci d’avoir répondu à ma sollicitation. Est-ce que tu peux te présenter à notre communauté ?

Je m’appelle Stefano Volpe, et je suis le club de Calcio Padova en tant que journaliste depuis 2008, écrivant sur les pages du grand journal local, le Mattino di Padova. Au cours de ma carrière, j’ai également travaillé à la télévision et fait quelques apparitions en tant que commentateur de matchs.


Les gens ne le savent pas mais Calcio Padova est le premier club d’un certain Alessandro Del Piero ! D’autres joueurs italiens de prestige sont passés par le club, comme Angelo Di Livio, Antonio Benarrivo, Walter Zenga ou encore Stefano Fiore. On trouve également trace de Goran Vlaovic ou encore Nicola Amoruso pour les fins connaisseurs. Ça sent bon le football des années 1990 d’avant l’arrêt Bosman. Que s’est-il passé pour que le club descende aussi bas dans le football italien ?

Comme tu le dis, Padoue a atteint l’apogée de son époque moderne au milieu des années 90. Dans la décennie 1986-1996, le club s’était vraiment structuré pour atteindre la Serie A, en développant le travail autour des jeunes via le centre de formation, d’où vient Alessandro Del Piero. D’autres talents en sont sortis, comme ceux que tu as listés. Une fois en Serie A, et après une bonne première saison (avec la présence d’Alexi Lalas, le premier joueur américain de l’histoire du championnat italien), le propriétaire a décidé de vendre le club à un groupe d’entrepreneurs milanais ayant une belle réputation. Malheureusement, en dépit de nombreux investissements financiers en vue d’améliorer l’effectif, le club n’a connu que des échecs jusqu’à la relégation en quatrième division !


Le bug de l’an 2000… ?

Exactement, à compter des années 2000, à la seule exception de quelques années en Serie B où des joueurs désormais célèbres tels qu’El Shaarawy, Mattia Perin (gardien) et Darmian ont été lancés, le club a vécu dans les profondeurs du foot italien. Au cours des vingt dernières années, aucun propriétaire n’a jamais réussi à faire d’investissements sur le long terme et c’est pour cela que Calcio Padova n’a jamais été en mesure d’engager un nouveau cycle vertueux.


Le club a ensuite navigué en Serie B, avant de quitter le monde professionnel et descendre en Lega Pro, puis d’être refondé en 2014. Raconte-nous cette période noire.

Comme je te l’ai dit précédemment, le club a connu deux bonnes années en Serie B (2010-2012), durant lesquelles le propriétaire d’alors, qui disposait de moyens importants, a beaucoup investi pour aller chercher une promotion en Serie A. Mais sportivement le club n’a pas su accrocher cette promotion, ce qui a poussé le propriétaire à ne plus investir et in fine vendre. En 2013, un entrepreneur qui ne voulait que spéculer sur le montant que lui avait laissé l’ancien propriétaire a racheté le club. Vient alors la relégation en Serie C. A ce moment-là, ni l’ancien ni le nouveau propriétaire ne voulaient plus investir pour faire en sorte que le club puisse participer au championnat. En 2014, le club a dû repartir depuis le niveau amateur, a été repris par un entrepreneur local qui a réussi à raviver l’enthousiasme, jetant par la suite les bases de l’arrivée de Oughourlian.


En faisant une recherche d’anciens joueurs du Calcio Padova, je suis tombé sur 3 entraîneurs prestigieux : Roberto De Zerbi, Massimiliano Allegri et Stefano Pioli. C’est plutôt classe !

Oui, tous les trois ont joué à Padoue même s’ils n’ont pas vraiment laissé de traces indélébiles. De Zerbi était très jeune alors que Pioli était à la fin de sa carrière de joueur. En ce qui concerne Allegri, il est un peu le symbole de la présidence Viganò, celle qui a fait passer Padoue de la Serie A à la quatrième division en l’espace de quatre saisons ! Allegri était arrivé en grand renfort pour le milieu de terrain mais en un an il n’aura jamais réussi à s’imposer, en partie à cause d’un caractère un peu particulier !


Puisque nous parlons d’entraîneurs, le plus grand entraîneur de l’histoire de Padoue était Nereo Rocco qui, en 1958, a permis à Calcio Padova d’atteindre la troisième place de Serie A, le meilleur résultat de l’histoire du club. Rocco, après d’excellentes saisons à Padoue, est parti entraîner le Milan où il est devenu le premier entraîneur italien à remporter une Ligue des champions en 1963. Il est aujourd’hui considéré comme le père du Catenaccio.


Aujourd’hui, Joseph Oughourlian est actionnaire majoritaire du Calcio Padova à hauteur de 85% via sa holding J4A Holdings II S.à r.l. Comment s’est passée son arrivée au club et qui sont les autres actionnaires minoritaires ?

Fin 2020, Joseph Oughourlian a augmenté sa participation dans le club de Padoue, il en possède aujourd’hui 96%. Les actionnaires minoritaires sont Luca Destro et Giampaolo Salot. Tous deux sont originaires de Padoue, le premier a rejoint le club en 2018, tandis que le second est présent depuis 2014, année durant laquelle le club est reparti depuis le niveau amateur.

Oughourlian est arrivé à Padoue en tant qu’actionnaire minoritaire fin 2017. Il avait déjà investi en Vénétie dans la société énergétique de Daniele Boscolo Menguolo, qui, connaissant sa passion pour le football, lui présenta Roberto Bonetto, alors président du club. Oughourlian a vraiment pris le pouvoir au sein du club en devenant majoritaire à partir du printemps 2019. Il a par la suite nommé Boscolo Meneguolo à la présidence.


Joseph Oughourlian est très présent au RC Lens, même si la gestion quotidienne du club dans son ensemble est la responsabilité d’Arnaud Pouille. Il a aussi déclaré être un grand amoureux de l’Italie, langue qu’il parle parfaitement. Est-ce qu’il est présent autour du club et vient de temps en temps voir des matchs du Calcio Padova ?

Oughourlian était très présent lors de la première année et demie qui suivit sa prise majoritaire dans l’actionnariat du club. Il est précisément venu à Padoue quatre fois en sept mois, rencontrant les joueurs ainsi que le staff. Mais avec le déclenchement de la pandémie, il a eu du mal à revenir avec la même fréquence. Il se tient toujours très informé grâce à ses collaborateurs et a même déclaré regarder les matchs du Calcio Padova depuis chez lui. Outre le président Boscolo Meneguolo, il peut compter sur Alessandra Bianchi, directrice générale du club, et qui est aussi une manager avec qui il travaille depuis près de dix ans.


La dernière saison de Calcio Padova en Serie A remonte à la saison 1995/1996. Aujourd’hui, le club joue en 3e division et est premier de son championnat devant Südtirol (Bolzano), Modena et Perugia. J’imagine que le projet est de stabiliser le club en Serie B dès que possible, mais crois-tu en un retour en Serie A ?

D’abord, le plan est d’atteindre la Serie B d’ici 2022. Une fois en Serie B, je pense que Oughourlian pourra viser la Serie A à moyen-terme, sur trois ou quatre saisons. Notre point de vue est que Joseph Oughourlian dispose de la puissance économique et la volonté nécessaires pour ramener Calcio Padova en Serie A. C’est une équation économique simple à comprendre. Ce n’est qu’en Serie A qu’il pourra être rentable à la fois d’un point de vue économique et d’image. C’est pour cette raison qu’à Padoue nous avons confiance en Oughourlian et son projet.

Joseph Oughourlian en compagnie de Roberto Bonetto, ancien Président du Calcio Padova padovacalcio.it

La saison dernière, Moussa Sylla, jeune joueur formé au RC Lens, a été prêté pendant une saison. Comment ça s’est passé selon toi ? Est-ce que tu penses que dans le futur, il pourrait y avoir d’autres interactions entre le RC Lens et le Calcio Padova ?

Malheureusement, l’aventure de Sylla à Padoue n’a pas été heureuse. Le joueur ne s’est pas installé, il a souffert du mal du pays et il a voulu rentrer chez lui coûte que coûte. Les managers du Calcio Padova souhaiteraient échanger d’autres joueurs à l’avenir. Mais pour le moment, c’est difficile à envisager étant donné que Lens évolue en Ligue 1 et Padoue est encore en Serie C. Il y a trop de niveaux d’écart entre nos deux clubs. L’approche est différente concernant la formation, où un travail collaboratif pourrait déjà être mis en place. Mais pour le moment, tout est en standby à cause de la pandémie.


Padova est également une ville de rugby ! Les célèbres frères Bergamasco tout comme Marco Bortolami en sont originaires, et le club de la ville, le Petrarca, est le troisième plus titré d’Italie derrière l’Amatori Milano et le Benetton Trévise. Est-ce que c’est un sport populaire à Padova ?

Le rugby est très populaire à Padoue. C’est le deuxième sport le plus suivi après le football. La tradition du rugby ici est très ancienne et tout aussi fascinante. Petrarca Padova est une équipe historique qui est très attachée à la ville et à ses habitants. À Padoue, de nombreux enfants choisissent de jouer au rugby plutôt qu’au football, et de manière générale, la Vénétie est la région où le rugby est le plus populaire en Italie. Dernièrement, le Calcio Padova s’est entraîné sur les terrains appartenant à Petrarca Rugby. Les joueurs des deux équipes se connaissent bien et lorsque les stades étaient ouverts, certains joueurs de Petrarca venaient même supporter leurs potes du football.

@Petrarcarugby.it

Un immense merci à Stefano Volpe pour sa gentillesse et sa disponibilité, ainsi qu’au club de Calcio Padova qui nous a permis de réaliser cette interview. Un remerciement particulier à Frédéric, qui m’a permis d’entrer en contact avec la bonne personne.


Un grand merci à Stefano Volpe, journaliste au journal local Mattino di Padova depuis 2008.


Interview réalisée par Antoine

Vous souhaitez partager l'article ?

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaires

Google Analytics,