CULTURE SANG & OR

Se queda Seko ?

Seko Fofana et le RC Lens, c’est un beau roman, c’est une belle histoire. Nanani nana nana nana… Alors sous contrat à l’Udinese, le milieu franco-ivoirien surprend son monde, annonce dans le quotidien l’Équipe sa décision de quitter l’Italie et d’ignorer les offres milanaise et bergamasque pour revenir au pays et s’installer dans la campagne artésienne. Un choix sportif, un choix humain. Fofana, originaire du 20ème arrondissement de Paris, se rapproche ainsi des siens. Arrivé diminué, le box-to-box n’a besoin que de quelques semaines pour se retaper physiquement. Dix-huit mois plus tard, le voici incontournable, cité par le microcosme footballistique français comme l’un des meilleurs milieux de terrain de son championnat. Au point d’aiguiser l’intérêt des grands de ce monde. Le pari est réussi.

Seko Fofana, que tout le monde voit naturellement partant, a repris l’entraînement avec le groupe de Franck Haise, et a participé aux deux matchs amicaux avec le brassard de capitaine, sans qu’il soit possible d’y trouver quelconque interprétation. Théoriquement, il est difficile d’affirmer qu’il restera à Lens une saison de plus. Même l’imaginer relève de l’effort. L’absence d’Europe est un argument difficilement contestable. Le départ de Cheick a également affecté le capitaine Sang et Or, bien qu’il reconnaisse la grande qualité des recrues venues remplacer le Douc d’Artois

Oui mais voilà, nous sommes le 11 juillet, et Seko Fofana est toujours lensois. Et il semblerait qu’à ce jour, aucune offre concrète ne soit arrivée jusqu’au bureau de Florent Ghisolfi. Des manifestations d’intérêt ne feront pas un transfert. De plus que le RC Lens le clame haut et fort ; il n’a pas une nécessité vitale de vendre. La DNCG a déjà approuvé le budget en vue de la saison prochaine (62 M€). Avec sa belle 7ème place et l’arrivée de CVC dans le paysage, le club artésien a les reins solides. 

Seko en partance pour Rodez (crédit : rclens.fr)

Seko et ses deux années de contrat sont donc encore bel et bien lensois. Et le RC Lens n’est pas une marketplace du ballon rond. Les dirigeants peuvent imposer des conditions à un marché encore observateur. Quitte à vendre Seko Fofana la saison prochaine, lorsque ce dernier sera dans une situation similaire à celle de Jonathan Clauss actuellement. Mais quel intérêt doit primer ? Celui de réaliser une plus-value dès cet été, qui ne semble pas nécessaire, ou bien conserver l’élément clef du projet, afin d’aller chercher l’Europe ? 

Seko sait ce qu’il veut, et le racing recrute fort

Le numéro 8 lensois, qui tient le rôle majeur sur le terrain, le répète : il se sent bien au RC Lens. Il prend la lumière, dans un système qui lui permet d’exploser les compteurs, d’être extrêmement visible chaque weekend. Sa cote d’amour auprès des supporters est au maximum, et s’il souhaite que le curseur d’exigence augmente, il est fort à parier que le public Sang et Or saura lui apporter satisfaction dès la réception du Stade Brestois dans quelques semaines. Seko “a posé des questions en interne”, et “le club sait ce qu’il veut”. Nous resterons avec nos interrogations, mais on peut aisément avancer les hypothèses suivantes : celle que Seko ait pu demander à pouvoir rejoindre un très grand club européen (le PSG ?) en cas d’offre concrète, tout en obtenant des garanties sur la compétitivité de l’effectif Sang et Or en vue de la saison prochaine.

Cœur sur vous

Les six recrues annoncées très tôt dans le mercato attestent du grand sérieux et de l’ambition du RC Lens. Seront-elles suffisantes pour finir de convaincre le capitaine lensois de prolonger son séjour d’une saison supplémentaire, et encadrer un groupe qui semble aujourd’hui plus complet que jamais ? Si tel est le cas, le RC Lens et ses dirigeants auront du mal à maintenir leur narratif emprunt de modestie et d’humilité. Parler de maintien auprès d’une communauté qui sera naturellement de plus en plus exigeante, et qui attendra légitimement que le RC Lens passe un nouveau palier dans les résultats. L’Europe sera dans toutes les têtes. Sans parler des observateurs, qui commencent eux-aussi à mesurer la croissance express du RCL. Et réussir à retenir Seko Fofana une saison de plus serait un puissant message envoyé au football français.

Écrit par Antoine

Vous souhaitez partager l'article ?