CULTURE SANG & OR

Les Princes de Bollaert

Ce matin, au réveil, une douce euphorie. Au café, avec nos cernes, fiers d’être ch’tis. Le RC Lens, dans son plus bel appareil, a mis à terre le PSG. A la sortie du stade Bollaert, beaucoup peinent à réaliser, comme mis groggy par la puissance de l’événement. Quel match ! Les hommes de Franck Haise, couronné, ont tout simplement malmené le club du fonds souverain qatari. Dans l’intensité, dans la projection, dans les petits espaces, et dans le réalisme, tant et si bien qu’il est absolument impossible de sortir un joueur du lot. La performance collective a été majuscule, et aura été sublimée par des individualités en état de grâce.

(crédits : Le Parisien)

De Samba à Openda, en passant par Seko, Frankie ou Sadio. T’en oublierais même de citer Danso, Facu ou encore Claude-Maurice. C’est impossible de citer un joueur sans en mentionner un autre. Les 14 bonhommes qui ont foulé la pelouse hier soir ont tous été largement au niveau, et ont plus que répondu présents. Une soirée de gala qui s’est transformée en match de la décennie, réveillant en chacun d’entre nous des souvenirs aussi divers qu’euphorisants. En avant-match, certains parlaient du RC Lens – Olympique Lyonnais de la saison 2006/2007, quand les Sang et Or, alors chasseurs du rugissant club rhodanien, s’étaient pris une véritable correction (0-4) devant un Bollaert en feu. La crainte de voir pareil scénario s’est rapidement estompée, et au final, la prestation de titans des hommes de Franck Haise nous a plutôt renvoyé au RC Lens – PSG de la saison du titre. Merde, le mot est sorti.

Y’a rien de plus beau

Parce qu’en ce lundi 2 janvier de l’an 2023, le RC Lens comptabilise 40 points, avance avec un rythme de champion, et se retrouve à quatre points du PSG. L’écart avec les différents groupes de poursuivants se stabilise, quand il ne s’accroît pas. Le RC Lens, qui peine à cacher ses ambitions depuis de nombreuses semaines, vient de montrer au monde du football qu’il avait la carrure d’un vrai prétendant aux plus belles places. Le rêve européen se matérialise chaque semaine un peu plus, et à l’horizon se dessinent les contours d’une coupe aux grandes oreilles. Rutilant, inspirant, voire enivrant. Les observateurs déversent leur amour sur un club qui renaît définitivement de ses cendres. On le prétendait amoureusement, mais aujourd’hui, la France du football le reconnaît allègrement, “y’ a rien de plus beau”

Le public Sang et Or vit un rêve éveillé, quand les joueurs semblent garder la tête froide et bien vissée sur les épaules. Au point qu’à chaud, Alexis Claude-Maurice, auteur d’une partidazo hier, déclare en zone mixte que “pour l’instant, rien d’exceptionnel n’a encore été fait”. Et pourtant messieurs, vous avez déjà fait beaucoup, peut-être plus que vous l’imaginez, redoré le blason de ce club, et rendu la fierté à un peuple qui a chanté sa peine pendant plus de dix ans. Certes les titres sont importants, mais chez nous, ils sont suffisamment rares pour qu’on ne leur accorde le crédit exclusif. Et à cet égard, nous sommes fiers de vous anoblir au rang de princes. De Princes de Bollaert. 

Vous souhaitez partager l'article ?