CULTURE SANG & OR

La consolidation des acquis 

La Gaillette. Temps grisonnant. Exercices au sol. Football is coming home ! Le RC Lens a repris le chemin de l’entraînement et de nouvelles têtes ont pu être aperçues, en attendant le retour des internationaux. Seko Fofana, joueur phare, est bien présent, tout comme Lukasz Poreba, dont l’officialisation est attendue dans les prochaines heures. Mais l’attraction de la journée, c’était bien la conférence de presse de rentrée. Véritable marqueur d’un début de saison, la parole conjuguée des trois hommes forts du RC Lens était très attendue. Après les tests physiques du weekend, les joueurs ont retrouvé le pré de la Gaillette. A 14h30, Arnaud Pouille, Florent Ghisolfi et Franck Haise se sont exprimés pour la première fois de la saison. Les éléments de langage étaient prévisibles, et le board ne cache pas son ambition première : il s’agit avant tout d’ancrer une philosophie de club qui a prouvé son efficacité depuis deux saisons. 

Ambitions de jeu PLUTÔT que de classement

Le message clef, c’est qu’une nouvelle fois, le RC Lens jouera le maintien avant de viser plus haut. Rien d’étonnant, tant l’accent est mis depuis deux saisons sur le projet de jeu plutôt que sur les résultats. L’objectif est moins quantitatif que qualitatif, Franck Haise est un entraîneur formateur, qui a pour mission première de graver dans le marbre ce que le RC Lens doit être pour réussir. Les 4 descentes et la trêve hivernale prolongée ne changeront en rien les préceptes tactiques du rouennais. La réussite du RC Lens version 2022/2023 passera une nouvelle fois par le jeu et la cohérence. La direction du Racing club de Lens offre à Franck Haise un confort de travail assez rare dans le football, tant il est plus facile (ou plutôt moins complexe) d’appliquer sa philosophie de jeu quand la pression du résultat est moindre. Alignés avec sa direction, rester mesuré dans la communication n’a donc rien d’étonnant alors que l’effectif s’apprête à subir les bouleversements nécessaires à la croissance économique de l’institution. 

Une vision de croissance à moyen terme

Car si le couple Haise-Direction semble prudent dans ses déclarations, il se donne une nouvelle fois les moyens de réussir. Quatre recrues à la reprise, venant en partie anticiper des départs que l’on peut penser inéluctables. Franck Haise, qualifié par sa direction de pilier stratégique, en est satisfait. Et s’il confirme qu’il aimerait aussi être en mesure de jouer le Top 10 cette saison, il répète que la priorité est avant tout de faire perpétuer les valeurs collectives du vestiaire. Avec Yannick Cahuzac à ses côtés. Les départs pressentis (Doucouré, Fofana, Clauss, Banza, Médina ?) vont surtout permettre au RC Lens de grandir économiquement. Les estimations de ventes donnent le vertige, et vont significativement gonfler la trésorerie et le budget de fonctionnement du club. Dans un contexte difficile et incertain, où la plupart des concurrents directs jouent avec leurs lignes de compte, le Racing peut se féliciter de surfer à la fois sur une dynamique sportivement positive et une attractivité au plus haut depuis 15 ans. Indicateurs de performance en grande partie alimentés par les ambitions de jeu mises en avant d’un seul homme par nos trois protagonistes.

Le chantier de la formation

Si les feux sont tous au vert, une tâche est restée visible. Club formateur par essence, le public Sang et Or a vécu la saison de l’équipe réserve en N3 avec déception. Loin d’être dramatique, quand on sait que peu de clubs professionnels réussissent à pérenniser leur équipe B en N2, elle alerte tout de même sur la baisse de rendement de l’académie. Les dirigeants semblent assumer leurs responsabilités en annonçant un nouveau projet. La formation, un des piliers de la stratégie globale du RC Lens, recevra l’appui d’Eric Sikora dans un rôle de coordinateur. L’équipe N3 sera coachée par Vincent Carlier, formateur provenant du City Football Group, avec pour ambition de créer de véritables passerelles technico-tactiques entre les équipes A et B. Si la patience est indispensable à la bonne analyse du football en général, elle l’est d’autant plus quand il s’agit d’analyser la performance d’un centre de formation. Habitué à sortir des jeunes joueurs prometteurs, qui ont souvent permis au club de passer la DNCG et de sauver les meubles, le RC Lens traverse aujourd’hui une période de relative sécheresse, conséquence inhérente de la crise institutionnelle qu’il a traversée dans un passé pas si lointain. 

Le RC Lens continue d’avancer discrètement, avec humilité et ambition. La communication institutionnelle est parfaitement rodée, et l’opérationnel poursuit son travail de bâtisseur. Le RC Lens n’est pas à l’abri de vivre une saison compliquée (qui l’est véritablement ?), mais il continue son travail de consolidation des acquis. Réduire au maximum les incertitudes du court-terme pour mieux préparer l’avenir.

Écrit par Antoine

Vous souhaitez partager l'article ?