CULTURE SANG & OR

“Un joueur qui a de l’ambition”

Recrue sortie du chapeau, Salis Abdul Samed arrive au RC Lens dans un relatif anonymat. Mais l’histoire pouvait difficilement être autre, tant les destins semblaient liés. Alors à l’essai au RC Lens, Salis n’avait finalement pas été conservé, au détriment d’un certain… Cheick Doucouré. Recruté pour une somme d’environ 5 millions d’euros, le ghanéen sort d’une saison pleine avec le promu Clermont Foot, contribuant grandement au maintien du petit poucet de la Ligue 1 (4ème joueur le plus utilisé). Celui qui se trouve aujourd’hui aux portes de la sélection nationale arrive en Artois avec beaucoup d’ambitions et une réputation d’ambianceur. Présentation avec Laurent Calmut, journaliste au quotidien La Montagne, littéralement clermontois.

Est-ce que tu peux nous présenter Salis Abdul Samed ?

Sur la saison dernière, c’est véritablement lui la révélation de l’équipe. Salis Abdul Samed, on ne l’a pas trop vu évoluer avant qu’il ne devienne titulaire en L1. Il a été prêté deux ans par l’Académie Jean-Marc Guillou. Quand il arrive à Clermont, il ne joue pas beaucoup. Si, il avait joué le dernier match de Clermont en Coupe de la Ligue, c’était à Lens d’ailleurs. Tu dois pouvoir retrouver cela dans tes archives. Il avait été plutôt intéressant d’ailleurs. Puis il s’est blessé, et a mis un peu de temps à s’adapter.

Un démarrage en douceur, donc. 

Oui, à tel point qu’à la fin de son prêt, et alors que Clermont avait validé sa montée en L1, le club n’avait pas communiqué sur son cas. On ne savait même pas s’il allait rester au club. Et c’est au début de la préparation qu’il a fini par signer son contrat, et qu’on a appris qu’il ferait partie du groupe. Il a été présenté officiellement lors d’un match amical contre Rodez. 

Il est arrivé à Clermont avec Blankson Anoff, un autre jeune issu de l’académie JMG, et très vite on nous a présenté Abdul Samed comme le joueur le plus prometteur. Mais comme je te l’ai dit, ça ne s’est pas vu tout de suite. Techniquement, on a tout de suite vu des choses intéressantes. Au niveau de l’activité aussi. Mais physiquement, il n’était pas prêt, il était très fin. Il fallait qu’il se remplume pour répondre aux exigences de la Ligue 2. En L2 il n’était pas titulaire, et c’est à l’intersaison qu’il a vraiment explosé, en profitant de la grave blessure de Yohann Magnin. Il sort un gros match en début de saison dernière, pour ne plus jamais sortir du 11.

Une progression fulgurante donc ?

Oui, je n’aurais pas misé une seule pièce sur lui pour être honnête. On ne savait pas du tout ce que ça allait donner en L1. Il a fini par se montrer complémentaire de Gastien, avec un gros coffre, et avec cette capacité de multiplier les courses et les efforts. 

Sur le profil, tu me disais qu’on était sur un box-to-box.

Oui exactement. Abdul Samed est capable de se projeter vers la surface, comme le lui demandait beaucoup le coach Gastien. Il a une grosse activité (ndlr : 10ème joueur de L1 sur les courses de pressing). Il est capable d’enchaîner les matchs. Il gratte les ballons, il ne lâche jamais rien. Ce n’est pas un monstre de puissance comme Seko Fofana mais il compense avec sa grande intensité. Il tente sa chance de temps en temps, et il a marqué un joli but face au FC Nantes. Je suis vraiment curieux de voir ce qu’il va donner dans une équipe comme le RC Lens. 

Qui dit intensité, dit fautes. 

C’est aussi le problème de ce type de joueur très jeune et qui a une grosse activité. Cette saison, il a pris beaucoup de cartons (ndlr : 9 jaunes, 1 rouge sur 2ème carton jaune). Il doit apprendre à gérer cet aspect de son jeu, son engagement. 

Le Clermont Foot travaille beaucoup sur le recrutement avec la data. Était-ce le cas avec Salis Abdul Samed ? 

Non pas vraiment. Il a été recruté via le réseau de Jérôme Champagne, conseiller du président Ahmet Schaefer, qui a beaucoup bossé en Afrique et qui a donc logiquement du réseau sur place. C’est par ce biais-là qu’il a été recruté. C’est par cette filière qu’a été recruté Saidu, qui vient également de l’académie JMG, et qui avait d’ailleurs été le capitaine de Salis Abdul Samed lorsqu’ils évoluaient ensemble.

C’est celui qui mettait l’ambiance

Comment s’est passée sa fin de saison ?

Salis était déterminé à partir de Clermont. Et pour être honnête, ça ne s’est pas très bien terminé, notamment avec le coach. Le club l’a fait signer professionnel l’été dernier, et les dirigeants ne comptaient pas le céder dès cet été. C’est un profil assez rare, dont on ne dispose plus à Clermont avec son départ (ndlr : 91.7% de passes réussies). Abdul Samed va nous manquer. Je pense que le joueur, ou son clan, a mis la pression pour quitter le club. Dès l’instant que l’offre de Lens convenait, le transfert s’est conclu.

Est-ce que son temps de jeu moins important de la fin de saison est lié à cette situation ? 

Il a peut-être aussi payé les efforts, mais effectivement sur la fin de saison, il a un peu moins joué. A la réflexion, il y avait peut-être déjà un peu de friture sur la ligne. 

Quid de sa personnalité ? 

C’est un joueur qui a de l’ambition. Il a d’ailleurs été présélectionné avec l’équipe du Ghana, il est aux portes de l’équipe nationale. Ce qui le pousse à vouloir jouer au plus haut niveau. Dans le vestiaire, c’est celui qui mettait l’ambiance, qui s’occupait de la musique. Sur le terrain comme à l’entraînement, il parle et rigole beaucoup. Dans un effectif, c’est intéressant ce genre de profil.  

Un grand merci à Laurent Calmut (@laurentcalmut), journaliste au quotidien La Montagne, pour le temps accordé. 

Retranscrit par Antoine

Vous souhaitez partager l'article ?