CULTURE SANG & OR

L’arbitrage ne rend pas justice 

De ce match où Lens a clairement manqué de justesse et de réalisme, l’épisode du pénalty non sifflé est celui qui fait le plus parler. Logique. Nous sommes à la 78e minute. Bizot, qui nous a clairement flingué notre après-midi de samedi, entre en collision avec Ganago. Le camerounais s’écroule dans la surface après avoir joué son action, le ballon arrivant à Sotoca qui tente, par une série de jongles dans la surface de réparation, de prendre à défaut un dernier rempart brestois alors composé de joueurs squattant peu académiquement la zone des six mètres. La frappe du joueur hybride lensois passe au-dessus du cadre. Le stade gronde, l’arbitre ne bronche pas. La VAR n’intervient pas et le jeu reprend. Lens est toujours mené 1 à 0. Contre le court du jeu. La fin de match approche. 

Au coup de sifflet final, au-delà des protestations légitimes des supporters et de Franck Haise, se pose une nouvelle fois la question de l’utilité réelle de la VAR. Ses apôtres nous l’avaient vendu comme “solution ultime” qui rendrait l’arbitrage juste. Beaucoup avaient pourtant alerté sur le risque d’un simple déplacement d’un problème qui pourrait en fait n’être, no spoil, jamais solutionnable. Car l’arbitrage, par définition, est une décision subjective prise par un être humain, dans un contexte hyper complexe, à un moment précis, sur une interprétation qui lui est propre et qui se confronte à un code de règles. Tu vois le micmac ? 

L’arbitrage est différent d’un jugement

L’arbitrage est donc différent d’un jugement. Si ce dernier se doit d’être implacable dans sa justesse pour être accepté de tous (ou du moins de l’écrasante majorité), l’arbitrage est quant à lui, de par sa nature interprétatrice, destiné à être constamment débattu, critiqué voire attaqué. L’arbitrage est l’un des sujets majeurs qui passionnent les débats, que ce soit sur le terrain, dans les vestiaires, au bar et désormais sur les réseaux sociaux. Comme craint par beaucoup, l’ajout de technologie n’a finalement eu pour effet que de déplacer un problème qu’il sera impossible de résoudre sans dénaturer profondément le sport qu’il est censé régir. Autre élément périlleux ; la distorsion de la vérité par le visionnage répété d’images au ralenti. Entre l’angle et le mouvement lent des actions, et la répétition, le doute s’installe et l’interprétation s’en trouve altérée. 

Les comparaisons entre le football et d’autres disciplines peuvent également s’avérer être un exercice peu objectif, tant chaque sport possède ses propres caractéristiques. La VAR est un outil qui ne résout en rien le problème de fond lié à l’arbitrage. Les erreurs provoquant un basculement de dynamique ayant un impact direct sur le score final d’une rencontre sont au moins aussi nombreuses que dans le “football d’avant”. Pis, sans résoudre le problème, la VAR casse les dynamiques de jeu et de célébration, éléments centraux de ce sport de mouvement perpétuel qu’est le football. 

ad.nl

En ce qui concerne l’action qui fit réagir les protagonistes du match d’hier, la VAR n’a pas été activée. L’arbitre s’est expliqué à @JeanBouib après le match, parlant du fait que selon lui, Ganago n’était plus dans l’action de jeu au moment de l’impact entre Bizot et l’attaquant lensois. Une explication qui vaut ce qu’elle vaut. Elle est légitimement contestable, mais le point soulevé par M. Hamel est réel. Est-ce que le numéro 9 lensois aurait réellement pu jouer un rôle dans la continuité de l’action ? Est-ce que l’on doit siffler pénalty sur chaque contact dans une surface de réparation ? Est-ce que la sortie extrêmement rapide du portier néerlandais a influé sur le déclenchement de l’action individuelle de Ganago, et donc altérer la qualité de celle-ci ? Tant de questions qui portent à débat, et qui entre dans cette fameuse zone grise qu’est la décision arbitrale. Le seul aspect sur lequel un consensus semble émerger de manière objective porte sur la technologie VAR et son incapacité à répondre aux promesses qu’elle avait tenues. 

Écrit par Antoine

Vous souhaitez partager l'article ?