CULTURE SANG & OR

ITW Lens – Rennes avec @LeoToudone

Après avoir très bien démarré l’année en ayant fait respecter la hiérarchie régionale en coupe de France, le RC Lens est de retour au championnat. Les observateurs les plus aiguisés avaient défini ce match comme un avant-goût de cette deuxième partie de saison. Cela se vérifiera-t-il ?

Face aux nôtres se dresse le Stade Rennais, un gros de notre championnat qui compte bien relever la tête suite à son élimination en coupe de France. Un duel qui va être passionnant à regarder entre deux gros morceaux de notre ligue 1.

Crédit : rclens.fr

L’occasion de prendre la température auprès de Léo Toudoné, Chroniqueur @radioRoazhon et rédacteur chez @ActuSRFC_

Bonjour Léo , tout d’abord meilleurs vœux à toi et merci d’avoir bien voulu répondre à quelques questions.

Culture Sang et Or : Le match va se jouer dans des conditions vraiment particulières. Joueurs à la CAN, joueurs atteints de COVID, jauge dans les stades, deuxième match de la semaine. Dans quelles dispositions Rennes aborde-t-il ce match ?

Léo : Rennes aborde ce match nécessairement affaibli au même titre que de nombreuses autres équipes avec plusieurs éléments manquants très importants pour le collectif à l’image notamment d’un Nayef Aguerd qui a connu une vraie montée en puissance ces derniers mois malgré une entame de saison compliquée. On se rappelle tous d’ailleurs de son erreur au match aller face à Lens au Roazhon Park qui vous offre l’égalisation sur un plateau d’argent. 

L’absence d’Hamari Traoré est également notable car, bien que moins régulier que Nayef Aguerd, il demeure tout de même indispensable pour le collectif rennais dans le jeu comme dans le conditionnement mental et l’état d’esprit. 

Et puis nécessairement, le gardien de but Alfred Gomis qui n’est, certes, pas l’assurance tous risques mais qui est entré tout de même depuis plusieurs mois dans une nouvelle dimension. 

Mais on remarque tout de même que, malgré les absences, le 11 Rennais annoncé est extrêmement compétitif avec un schéma, au milieu de terrain et en attaque, très classique et menaçant pour n’importe quelle équipe. Le bémol se situerait à nouveau plutôt du côté de la défense, là où les cadres sont absents. Mais même de ce côté, on ne peut rien affirmer avec certitude car Truffert a connu de très bonnes périodes. En ce moment c’est plus compliqué mais on sait à quelle vitesse cela peut tourner, favorablement comme défavorablement. Lorenz Assignon a proposé des choses très intéressantes sur le temps de jeu qui lui a été offert et on sent du côté de Warmed Omari, au même titre que Nayef Aguerd, une montée en puissance exponentielle et un potentiel impressionnant dans la quasi-totalité des secteurs de jeu défensifs.

Pour le reste, je pense que le Stade Rennais va aborder ce match de la même manière qu’un autre. C’est en tout cas ce que nous, les supporters, attendons d’eux ; précision technique, coordination dans le pressing, répétition des efforts, etc…

Là où c’est dommageable pour tout le monde, côté Rennais comme Lensois, c’est d’aborder ce match dans un Stade Bollaert avec 5000 spectateurs. Mais pour le coup, je pense qu’on peut dire que c’est plus à l’avantage des Rouge & Noir que des Sang & Or.

CSO : Depuis l’arrivée de Bruno Génesio, on sent une équipe de Rennes qui a basculé dans le top 5 français. Les résultats en coupe d’Europe sont aussi bons. Avez-vous trouvé la bonne formule ?

Léo : Depuis son arrivée, Bruno Génésio a connu des résultats en dents de scie. Une fin de saison dernière satisfaisante avec une qualification en Conference League, juste sous le nez des Lensois d’ailleurs. Peu de mouvements avaient eu lieu dans le jeu en fin de saison dernière, la volonté de Génésio étant de ne pas bouleverser ce qu’avait installé Julien Stéphan. Un début de saison actuelle médiocre avec peu de certitudes dans le jeu que souhaitait mettre en place Génésio et un état d’esprit qui semblait plus que friable. Et depuis mi-septembre, un renouveau inattendu avec une première formule convaincante du 4-4-2 avec l’installation de Jonas Martin aux côtés de Flavien Tait dans un milieu à plat. Les bons résultats se sont enchaînés pendant de nombreuses semaines avec la variante du 4-3-3, ajoutée à l’arc de Bruno Génésio, qui a permis d’inscrire Majer de façon optimale dans le collectif.

On notera également le coup de maître de Bruno Génésio d’avoir repositionné Flavien Tait au milieu de terrain, changement qui a permis à un joueur de se découvrir et d’apparaître aujourd’hui comme un des meilleurs milieux de terrain de Ligue 1.

Aujourd’hui, les Rouge & Noir sont un peu plus en difficulté face aux concurrents à l’Europe mais cela ne m’alarme absolument pas car le contexte joue aussi. L’intensité répétée demandée par Bruno Génésio finit forcément par peser sur les organismes et l’enchaînement des matchs n’aide nécessairement pas. La manière dont nos adversaires ont abordé les matchs (Cf. Lille et Nice) rend également les choses plus compliquées et on ne peut malheureusement pas avoir une réussite incroyable lors de toutes les rencontres.

Malgré ces mauvais résultats, le Stade Rennais demeure tout de même conquérant dans le jeu et reste dans la lignée de ce qui est affiché depuis la mi-septembre. Il va maintenant falloir que les Rouge & Noir soient capables de s’adapter à ces équipes qui ne vont plus attendre le Stade Rennais comme une équipe de ventre mou mais bien comme un prétendant régulier au haut de tableau de Ligue 1.

Crédit : maxppp

CSO : Dans vos rangs on compte d’anciens lensois dont Loïc Badé, arrivé cet été, mais qui peine à convaincre. Comment analyses-tu ses difficultés ?

Léo : Loïc Badé rencontre effectivement des difficultés mais qui relèvent surtout de l’ordre tactique à mon sens. Il est indéniable que le joueur a d’énormes qualités, dont il avait d’ailleurs pu nous offrir un éventail lors du début de saison. En revanche, l’adaptation sur le moyen terme s’est révélée beaucoup plus délicate car il a été projeté sur le devant de la scène la saison dernière dans un système à 3 centraux, ce qui lui permettait de régulièrement mettre en avant ses qualités offensives, son jeu long, sa capacité à casser les lignes, tout en étant compensé par ses deux partenaires à l’arrière.

Malgré le temps de jeu qui lui est offert en ce moment, il n’affiche pas une sérénité incroyable mais encore une fois, le contexte joue aussi. Peu de régularité depuis plusieurs mois, la montée en puissance de Warmed Omari qui a les faveurs du coach, etc…

Je reste tout de même persuadé qu’avec du travail, il lui sera tout à fait possible de s’affirmer dans un système à 2 centraux sans que cela ne l’oblige à mettre de côté toutes les qualités offensives qu’on a pu découvrir avec le RC Lens.

CSO : Dans ces conditions, comment voit tu la physionomie de ce match ?

Léo : Le Stade Rennais et le RC Lens sont deux équipes très joueuses donc je n’imagine pas du tout qu’on puisse assister à un round d’observation pendant 15-20 minutes. Je pense justement que les deux équipes vont tenter d’enflammer les débats le plus rapidement possible pour s’offrir un match plus contrôlé par la suite.

Crédit : AFP / Jean-François Monier

CSO : Un petit pronostic ?

Léo : Lens 1 – 2 Rennes. Lens est dans une période délicate en termes de résultats (mis à part le retournement de situation face au LOSC en Coupe de France) donc on peut se dire que c’est le match pour les remettre dans le droit chemin mais je vois tout de même une supériorité globale des Rennais qui nous permettra de l’emporter.

CSO : Ah j’oubliais ! Benjamin Bourigeaud fait partie depuis longtemps de la maison Rouge et noire mais reste profondément attaché à Lens, son club formateur. On peut prévoir un retour à la maison cet été (rires) ?

Léo : Je n’ai pas d’infos donc il faut lui demander. (rires) 

En tout cas, il est à peu près certain qu’il s’agit de la dernière saison de Benjamin Bourigeaud sous le maillot Rouge & Noir. Même si je l’imagine revenir un jour au RC Lens, je pense qu’il est plus probable qu’il aille découvrir éventuellement le paysage étranger avant de faire son retour en France. Ceci n’est qu’une hypothèse évidemment.

Crédit : Ouest France

CSO : Le mot de la fin ?

Léo : Je souhaite une très belle année 2022 aux Lensois. La santé, il n’y a rien de plus important. Je leur souhaite également, sur le plan sportif, que leur club se porte au mieux évidemment. J’affectionne personnellement beaucoup le RC Lens et je rêve de mettre un pied au Stade Bollaert. Je souhaitais le faire cette année mais le COVID en a décidé autrement. Une prochaine fois. 

À bientôt dans les stades et allez à Rennes !

Merci à @LeoToudone pour la qualité de ses réponses.

Vous souhaitez partager l'article ?