CULTURE SANG & OR

Il était une fois… Lens – Monaco, le 16/01/1999

Au cœur de l’hiver 98-99, lors de la saison qui suit notre titre de champion, replongeons-nous dans cette belle affiche entre les deux derniers champions de France 1997 et 1998. Au menu de ce dernier « Il Était Une Fois » de la saison : des champions du monde, un Siko qui se prend pour Warmuz et qui se frite avec un champion du monde !

Eric Sikora, RC Lens (Photo by Matthew Ashton/EMPICS via Getty Images)

Contexte        

Quelques semaines après une campagne de Ligue des Champions presque réussie (2ème d’un groupe avec Arsenal, le Dynamo Kiev et le Panathinaïkos mais place qui n’était pas suffisante pour se qualifier dans cet ancien format), et une entame réussie dans les coupes nationales, le RC Lens retrouve son quotidien du championnat dans une saison où le club peine à enchainer les performances régulières.

Le Match

Pour cette affiche, 39 653 supporters sont présents à Bollaert pour pousser les Sang et Or face aux champions de France 1997 et aux trois champions du monde présents dans l’effectif monégasque : Barthez, Henry et Trezeguet.

Le Racing aligne lui sa presque équipe type avec Warmuz – Sikora Déhu Ismaël Rool – Nyarko Foé Dalmat – Smicer Nouma Eloi dans le 4-3-3 classique de Daniel Leclercq.

Lens entame fort la première mi-temps et est récompensé à la 35ème minute par l’ouverture du score. Après un une-deux avec Vladi Smicer, Pascal Nouma décoche une frappe surpuissante sous la barre dans un angle fermé, Barthez est battu. 1-0 pour Lens à la mi-temps.

La deuxième mi-temps est tout autre, les monégasques prennent le match en main et mettent sous pression les Sang et Or qui vont résister une bonne partie de la deuxième mi-temps.

Notamment quand Thierry Henry, lancé en profondeur sur le côté gauche, se retrouve face à Gus Warmuz sorti en dehors de sa surface. L’attaquant monégasque parvient à le fixer et à le contourner puis centre dans la surface sur la tête de Trezeguet. Les cages lensoises étant désertées, c’est Siko qui s’y colle et d’une superbe claquette du bout des doigts dévie le ballon sur la barre. Le trio arbitral n’a rien vu, circulez, ça joue. Ah qu’est que c’était bien le football avant VAR !

Malheureusement à la 83ème minute, Cyril Rool commet l’irréparable, un tacle par derrière dans la surface de réparation, qui permet à Trezeguet d’égaliser et de chambrer, avec son compère Henry (coutumier du fait avec Arsenal également), le public de Bollaert.

La tension monte alors entre les deux équipes, Sikora et Trezeguet se chauffent mutuellement. Le champion du monde baisse même le short de la légende de Bollaert en lui rigolant à la face. Pas de problème, notre numéro 2, si précis sur les coups de pied arrêtés, lui envoie un crachat en plein visage. Avec la VAR, c’était la fin de saison assurée pour l’enfant de Courrières.

Match nul 1-1 mais quelle dramaturgie au stade Bollaert !

Suite de la saison

Le RC Lens finit la saison à une correcte 6ème place et surtout, remporte la coupe de la ligue au stade de France devant le FC Metz et 55 000 supporters sang et or en liesse !

Le bilan du druide sur ces deux saisons est exceptionnel et reste à ce jour inégalé au RC Lens. Franck si tu nous lis…

Par Guillaume

Vous souhaitez partager l'article ?