CULTURE SANG & OR

Féminines : Lens ne peut plus se cacher

Après une nouvelle coupure de deux semaines en raison de la trêve internationale, le RC Lens Féminin retrouve les terrains ce dimanche pour son entrée en lice en Coupe de France féminine. Avant cela, place au bilan du mois de compétition qui vient de s’écouler pour les lensoises.

Un nouveau statut à confirmer

US Orléans – RC Lens : 1-1
Buteuse lensoise :
Cousin (79′)
Le onze lensois : Rousseeu – Simon, Smaali, Legrand (Anquez, 83’), Proniez – Schepers (Nacer, 67’), David (E. Meunier, 83’), Cousin (c) – Traoré, Thivillon (Marega, 55’), Tchaptchet

Après un premier mois de compétition maîtrisé, le RC Lens Féminin voyait un premier test apparaître sur sa route. Face à Orléans, équipe réputée solide, les lensoises maitrisaient le début de match et Chanel Tchaptchet manquait de peu sa reprise à la suite d’un bon coup-franc de Smaali. Les orléanaises se montraient également dangereuses mais la jeune gardienne artésienne Justine Rousseeu restait attentive et solide sur sa ligne. En fin de première période, c’est Tess David qui s’essayait, à la suite d’un centre de Traoré, mais voyait sa reprise passer au-dessus. Alors que la mi-temps approchait, il fallait une double parade de la portière Sang et Or pour éviter à son équipe d’être menée à la pause.

Le RC Lens Féminin aussi soutenu à l’extérieur, bravo Lens Centre !

Poussées par une trentaine de supporters de la section Lens Centre venus en voisins, les lensoises mettaient le pied sur l’accélérateur au retour des vestiaires mais ni la tentative de Chanel Tchaptchet, ni celle de Pauline Cousin ne finissaient au fond des filets, bien arrêtées par la gardienne locale. Lina Thivillon tentait à son tour sa chance mais sa reprise de volée était aussi repoussée. C’est finalement Orléans qui ouvrait le score peu après l’heure de jeu (1-0, 66′), le premier but encaissé par le RC Lens Féminin cette saison en championnat. Lens ne baissait pas les bras et, après une nouvelle tentative de Chanel Tchaptchet, c’est Pauline Cousin qui égalisait d’une tête rageuse après un centre précis de Proniez (1-1, 79′).

Même si elles pouvaient nourrir quelques regrets après avoir dominé le second acte, les filles de Sarah M’Barek prenaient un bon point chez un outsider et conservaient leur place de leader.

RC Lens- FC Nantes : 1-0
Buteuse lensoise :
Tchaptchet (75’)
Le onze lensois : Rousseeu – Marega (Thivillon, 51’), Anquez, Smaali, Legrand – Schepers, David (Nacer, 27’), Cousin (c) (Baradji, 76’) – Traoré, Proniez (J. Meunier, 76’), Tchaptchet

Opposé à Nantes, passé d’épouvantail de la D2 Féminine à la dernière place en seulement quelques mois, le RC Lens Féminin se devait d’être méfiant avec cette équipe qui n’a malgré tout pas tout perdu de son football. Les nantaises étaient venues à Degouve avec l’intention d’empêcher les lensoises de développer leur jeu et cela semblait fonctionner en début de match. Ce sont même les canaries qui allaient se procurer les meilleures occasions en contre et Justine Rousseeu, qui semble désormais installée dans les cages, devait s’employer à plusieurs reprises. Côté Sang et Or, seule Pauline Cousin se montrait réellement dangereuse en début de match sur une tête un peu trop croisée. Nantes menait « aux poings » à la pause et le Racing ne s’était jamais fait autant bousculer depuis le début du championnat.

Toujours bien en place, l’équipe nantaise continuait de gêner la construction lensoise mais le bloc nantais allait montrer des signes de faiblesse à mesure que la seconde période avançait. C’est sur coup de pieds arrêté que les lensoises cherchaient la faille et sur l’un d’eux, frappé par Smaali, Chanel Tchaptchet coupait la trajectoire mais écrasait trop sa reprise. A force de fatiguer la défense nantaise, c’est par le jeu que les filles de Sarah M’Barek finissaient par faire la différence : bien trouvée dans la surface par Traoré, Chanet Tchaptchet remisait sur Thivillon qui voyait sa tentative contrée mais l’attaquante camerounaise avait suivi pour délivrer le public venu en nombre (1-0, 75’).

C’est dans la difficulté que l’on reconnaît les grandes équipes et Lens ne déroge pas à la règle. Fortes de ce succès, c’est en leader que le RC Lens Féminin allait se déplacer chez son dauphin, le FC Metz, le week-end suivant.

Un vent de folie souffle sur Degouve

FC Metz – RC Lens : 1-1
Buteuse lensoise :
Thivillon (48’)
Le onze lensois : Rousseeu – Proniez (Baradji, 85’), Anquez, Smaali, Marega (J. Meunier, 75’) – Nacer, Schepers (Legrand, 61’), Cousin (c) – Traoré, Thivillon (Hadj Safi, 61’), Tchaptchet

À Metz, pour son premier choc de la saison, le RC Lens Féminin va vivre un match assez rude. Après avoir jaugé son adversaire en début de match, se créant quelques opportunités, l’équipe lensoise allait reculer et même subir, pouvant une nouvelle fois compter sur une Justine Rousseeu attentive. Pourtant, sur une attaque rapide, on croyait à l’ouverture du score de Namnata Traoré mais celle-ci était signalée hors-jeu. L’attaquante artésienne allait encore faire parler d’elle quelques minutes plus tard en écopant d’un second avertissement, synonyme d’exclusion. C’est donc à dix que les filles de Sarah M’Barek rejoignaient les vestiaires.

Pourtant, c’est bien le Racing qui allait ouvrir le score dès la reprise grâce à Lina Thivillon après avoir bien combinée avec Cousin (0-1, 48′). Metz, profitant de sa supériorité numérique, égalisait à l’heure de jeu (1-1, 61′) avant d’être à son tour réduite à dix avec l’exclusion de Clara Petitjean. Lens n’était pas loin d’arracher la victoire en fin de match avec des occasions de Pauline Cousin et de Chanel Tchaptchet. Vu le scénario, ce point pris à l’extérieur était un bon résultat et permettait au RC Lens Féminin de conserver sa place de leader.

RC Lens – US Saint-Malo : 1-1
Buteuse lensoise :
Schepers (66’)
Le onze lensois : Rousseeu – Simon (Baradji, 45’), Smaali, Anquez, Proniez – Schepers, Nacer (Hadj Safi, 89’), Cousin (c) – J. Meunier, Thivillon (Thulliez, 82’), Tchaptchet

Sous une pluie battante, le RC Lens Féminin recevait l’US Saint-Malo, un adversaire à sa portée. Pourtant, l’équipe artésienne peinait à prendre le jeu à son compte avec une grosse bagarre au milieu de terrain. La première tentative de Chanel Tchaptchet, à la suite d’un coup-franc de Smaali, ne donnait rien et c’est bien Saint-Malo qui ouvrait le score : profitant d’une passe en retrait mal dosée, la jeune Simon, l’attaquante bretonne, se présentait seule devant le but et s’y reprenait à deux fois pour battre Justine Rousseeu (0-1, 17’). Gênées par le bloc bas adverse, Lens devait s’en remettre à des frappes lointaines mais sans réussite. Pour la première fois cette saison, les Sang et Or rentraient aux vestiaires menées.

En seconde période, les filles de Sarah M’Barek faisaient le siège de la surface bretonne mais les différentes tentatives de Heita Baradji, Fany Proniez et Chanel Tchaptchet restaient vaines face à la très bonne gardienne malouine. C’est finalement Marie Schepers qui allait libérer Degouve, s’arrachant pour placer sa tête après une frappe de Cousin sur la barre (1-1, 66’). On croyait le RC Lens Féminin capable d’arracher la victoire mais Saint-Malo n’était pas loin de refroidir tout le stade sur un coup-franc qui tapait la transversale de Justine Rousseeu.

Finalement, le match nul n’était pas un si mauvais résultat, même si une victoire aurait permis au RC Lens Féminin de prendre deux points d’avance sur Metz.

Un leader difficile à déloger

Lors d’un second mois de compétition plus relevé, le RC Lens Féminin a su confirmer que sa place en tête du groupe A de D2F n’avait rien d’un hasard. Si quelques points ont été perdus en route, l’équipe de Sarah M’Barek reste invaincue et a le mérite d’avoir tenu tête à ses poursuivantes, même dans la difficulté. On pouvait craindre quelques difficultés suite à la blessure de Tess David face à Nantes mais le groupe a très bien su combler son absence.

Une fin d’année moins intense

Le RC Lens Féminin entamera ce dimanche, déjà, la dernière ligne droite avant la trêve hivernale avec un déplacement à Sarcelles (R1) pour son entrée en lice en Coupe de France féminine. Même si l’adversaire est à la portée des filles de Sarah M’Barek, nul doute que la coach artésienne saura les prévenir d’un risque de relâchement. S’en suivra un déplacement au Mans, face à la belle surprise de cette première partie de saison, match qui se jouera dans l’ex-MMArena avec une affluence rarement vue en D2F. Le Racing accueillera ensuite La Roche-sur-Yon pour son dernier match de championnat en 2022 avant, on l’espère, un autre tour de coupe et un possible derby face à Valenciennes (R1).

Sarah M’Barek attentive aux moindres détails
Vous souhaitez partager l'article ?