CULTURE SANG & OR

Féminines : Vers une saison de transition ?

Le RC Lens Féminin débute son championnat ce dimanche à 15h au Stade Degouve face au CA Paris 14, équipe promue. Après une saison aboutie, Sarah M’Barek a perdu plusieurs cadres de son équipe et doit continuer à construire un groupe capable, à terme, d’accrocher une place en D1 Arkema. C’est une saison à haut risque qui s’annonce pour l’équipe féminine du Racing Club de Lens avec une refonte des championnats féminins ayant pour conséquence première d’avoir six descentes pour douze équipes : il faudra avant tout se maintenir. Revue d’effectif et bilan de la préparation du RC Lens Féminin.

Mercato : La qualité plutôt que la quantité

Fort d’une saison 2021-2022 aboutie, le RC Lens Féminin savait que certaines de ses joueuses allaient taper dans l’œil de clubs plus structurés.

Sans surprise, celle qui était au centre du projet depuis la naissance de la section féminine artésienne, Christy Gavory, rejoint la D1 Arkema et l’ambitieux promu Havrais. La désormais ex-capitaine Sang et Or se rapproche ainsi de sa famille et, à tout juste 24 ans, a encore une longue carrière devant elle et pourquoi pas une place en équipe de France à aller chercher.

Meilleure buteuse lensoise la saison dernière avec quinze réalisations en championnat, Mama Diop rejoint l’Olympique de Marseille, un choix qui peut surprendre tant la section féminine phocéenne semble végéter en D2F depuis quelques années. Un nouveau projet semble prendre forme et l’attaquante sénégalaise en sera probablement l’une des cadres.

Il faut également noter les départs de Pauline Boquet, Audrey Tabary et Marie Hannedouche pour le FF Roubaix-Wervicq (R1), nouvelle appellation du FC Bousbecque Féminine, qui ambitionne de s’installer à l’échelon national. Leur choix n’est peut-être pas uniquement sportif puisqu’il est important de rappeler que la plupart des footballeuses dites professionnelles ne gagnent pas leur vie et qu’il est difficile pour elles de concilier vie professionnelle et carrière sportive.

On pouvait s’attendre à un recrutement plus conséquent mais l’entraîneure artésienne a préféré miser sur la continuité en s’appuyant sur ses cadres comme Marie Schepers, Marion Mancion, Namnata Traoré et Pauline Cousin, qui hérite du brassard cette saison.

Pauline Cousin, nouvelle capitaine Sang et Or

Il fallait toutefois remplacer les principales partantes et notamment Mama Diop. Sarah M’Barek s’est alors penchée sur Chanel Tchaptchet, 23 ans, qui s’était illustrée la saison dernière avec Saint-Maur en inscrivant un doublé au stade Degouve, douchant les derniers espoirs de montée du RC Lens Féminin. Elle est l’auteure de six buts lors du précédent exercice. L’internationale camerounaise a accumulé de l’expérience en évoluant pendant quatre ans dans le championnat universitaire japonais, dans un pays connu pour sa culture de l’exigence et de la rigueur, des valeurs chères à la coach lensoise. Son profil semble plus complet que sa prédécesseuse.

Chanel Tchaptchet devra faire oublier Mama Diop

La défense était un des points faibles du RC Lens Féminin la saison dernière et le passage à trois derrière nécessitait du renfort. La défenseure Suzy Morin, 25 ans, arrive de Vendenheim et peut aussi bien évoluer dans l’axe que sur le côté gauche et même dans l’entrejeu. Formée à Guingamp, où elle a côtoyé Sarah M’Barek, elle devient titulaire très tôt et accumule trois saisons en D1 Arkema. Elle passe ensuite par Rodez et Nantes. De retour de blessure, il faudra patienter quelques semaines pour la voir à l’œuvre.

La jeunesse fait partie intégrante du projet du RC Lens Féminin et le profil de l’attaquante Emma Meunier, 17 ans, coche toutes les cases. Auteure d’une saison pleine dans le championnat national U19 avec Saint-Étienne, la picarde d’origine a effectué un essai concluant en mai à La Gaillette. Deux autres jeunes joueuses rejoignent le club et devraient évoluer dans un premier temps avec la réserve : Simon (Vendenheim) et Hamdaoui (Sarcelles).

Il n’est pas impossible dans les prochaines semaines de voir un ou deux nouveaux noms apparaître dans l’effectif du RC Lens Féminin, notamment une gardienne et une défenseure.

Une préparation intense et des résultats à pondérer

Sarah M’Barek a décidé de faire monter d’un cran sa préparation avec pas moins de trois matchs joués face à des formations de D1 Arkema : Fleury, Le Havre et le Paris FC, le tout parsemé par deux confrontations plus accessibles pour son équipe : Calais (R1) et Montauban (D2F).

Le RC Lens Féminin débutait sa préparation face à Fleury, quatrième de D1 Arkema la saison dernière, dans un match joué en trois tiers-temps de trente minutes. Les franciliennes, entraînées par un certain Fabrice Abriel, ouvraient le score dès les premiers instants du match et inscrivaient un second but avant la dixième minute de jeu : autant dire que les artésiennes étaient déjà dans le dur. Malgré un mieux dans la suite du match et des mouvements intéressants de sa recrue Chanel Tchaptchet, le Racing finissait par craquer en encaissant deux nouveaux buts, sur pénalty cette fois. Les filles de Sarah M’Barek seront tout de même récompensées en fin de match avec un but de Lina Thivillon après avoir éliminé la gardienne (1-4). Comme tout premier match, il était difficile de tirer des conclusions. L’entraîneure lensoise a surtout pu effectuer une large revue d’effectif entre les cadres de la saison dernière, les recrues et les jeunes appelées à faire la préparation avec son groupe. Sarah M’Barek avouait même n’avoir pas encore effectué d’opposition à l’entraînement avant ce match.

Après Fleury, les lensoises mesuraient le travail à accomplir

Le second match de préparation n’apportait guère plus d’enseignements. Face à une équipe de Calais (R1) qui n’a emmené que onze joueuses, il a fallu revoir le format du match avec deux mi-temps de trente minutes seulement et le RC Lens Féminin a même dû « prêter » deux de ses joueuses à l’équipe calaisienne pour un semblant d’équité. Les Sang et Or se sont logiquement imposées (4-0) grâce aux deux premières réalisations de Chanel Tchaptchet, à une jolie frappe de la jeune défenseure Margot Anquez et au premier but de la jeune recrue Emma Meunier.

Pour son troisième match, le RC Lens Féminin affrontait Le Havre, promu en D1 et qui compte désormais dans ses rangs l’ancienne numéro dix lensoise Christy Gavory. Sarah M’Barek avait décidé d’emmener un groupe plus restreint pour se mettre dans les conditions du championnat. Le onze de départ avait des airs d’équipe type avec la présence de Marion Mancion, Marie Shepers, Tess David, Pauline Cousin, Namnata Traoré et Chanel Tchaptchet. Malheureusement, ce premier véritable test allait tourner au cauchemar et les lensoises, malgré un doublé de Traoré, repartaient de Normandie les valises lourdes (7-2). Nul doute que Sarah M’Barek saura tirer des enseignements de ce résultat et corriger quelques lacunes d’ici la reprise du championnat.

C’est un adversaire à sa taille que le RC Lens Féminin affrontait pour son quatrième match de préparation : Montauban, pensionnaire du groupe B de D2F. Ce match se jouait à Joué-les-Tours, là où Sarah M’Barek a débuté le football au club local dont elle est aussi la marraine. La coach lensoise alignait à nouveau un onze proche de celui qui devrait débuter en championnat. Il ne fallait que quatre minutes à Chanel Tchaptchet pour trouver l’ouverture en coupant de la tête un corner de Myriem Nacer. L’équipe adverse allait tenter de revenir mais la jeune Justine Rousseeu préservait ses cages. Les artésiennes reprenaient l’ascendant en cette fin de première période et Tchaptchet était proche de s’offrir un doublé en tenant reprendre un ballon qui longeait la ligne. Au retour des vestiaires, Montauban parvenait à surprendre l’arrière-garde Sang et Or et égalisait contre le cours du jeu. Dans une deuxième période plus rude et hachée, les filles de Sarah M’Barek allaient finir par prendre le dessus grâce à un doublé de Tchaptchet, à la réception d’un centre de Proniez (2-1).

Pour son dernier match de préparation, le RC Lens Féminin affrontait le Paris FC, troisième de D1 Arkema la saison dernière, derrière les indéboulonnables lyonnaises et le PSG. Bien que privées de leurs nombreuses internationales, les parisiennes alignaient une équipe très performante autour de Gaëtane Thiney. Après avoir su contenir les assauts parisiens pendant une vingtaine de minutes, les lensoises finissaient par craquer et encaissaient cinq buts avant la pause. Thiney plantait le sixième au retour des vestiaires. A l’image des hommes de Franck Haise, les filles de Sarah M’Barek ne renient jamais leurs principes de jeu et vont parvenir à ne pas perdre ce deuxième acte en inscrivant un but par la jeune Emma Meunier (6-1).

Quel onze ?

Le RC Lens Féminin garde une bonne partie de sa colonne vertébrale. Marion Mancion a manqué une bonne partie de la préparation et laissera sa place à la prometteuse Justine Rousseeu pendant quelques matchs. On devrait donc retrouver Emma Smaali, Marie Shepers, Pauline Cousin et Namnata Traoré. Il reste quelques interrogations sur l’état de forme de Tess David, de retour après un an d’absence et qui fera figure de quasi recrue pour Sarah M’Barek.

Le onze probable (3-5-2) : Mancion (Rousseeu) – Smaali, Anquez, Legrand (Butor) – Meunier (Prette), Shepers, Cousin (cap), Nacer (David), Proniez (Morin) – Tchaptchet, Traoré.

La jeune Justine Rousseeu devra tenir la baraque en l’absence de Marion Mancion

Difficile de tirer des conclusions après une préparation aussi intense face à des adversaires de gros calibres. La principale satisfaction émane des recrues : Chanel Tchaptchet (4 buts) s’est déjà fondue dans le moule et la jeune Emma Meunier (3 buts) a montré de belles promesses. On en saura plus sur les capacités de ce groupe dimanche en ouverture du championnat de D2F.

Vous souhaitez partager l'article ?