CULTURE SANG & OR

ITW « MATCH RETOUR » AVEC LE CAFÉ TROYEN

Avant-dernier match de la saison et quel match ! Souvenir d’un match traumatique pour certains ou occasion de briser le signe indien pour d’autres. Toujours est-il que le Racing se doit de performer s’il veut se donner la possibilité d’y croire. En face l’ESTAC, même s’il est à 99% maintenu et sort de 2 matchs pleins, a besoin d’un point pour valider définitivement le maintien et voudra le faire devant son public. 

La folie lensoise à Reims Crédit photo: Icon Sport

Culture Sang et Or : Tout d’abord comment s’est passé votre premier déplacement lors du match aller à Bollaert ?

Le café Troyen : Déplacement frisquet ! De par la température d’abord et ensuite par le résultat. L’ambiance de Bollaert aurait pu nous réchauffer si le score n’avait pas été aussi large. C’est la seule fois de la phase aller où les joueurs ont lâché alors qu’on était à l’époque sur une bonne dynamique. Cette claque nous a fait du bien et nous a permis de ne pas nous voir trop beau.

CSO : L’ESTAC est dans une bonne dynamique : large victoire contre une « petite équipe » du nord et match nul de prestige contre Paris. Le maintien quasiment assuré ; vous devez aborder les 2 dernières journées avec un peu plus de décontraction ?

LCT : On n’est pas dupes. On sait que la « large » victoire contre Lille (grâce à 3 penaltys et 2 rouges) est étroitement liée à la défaite du week-end précédent à Nice (3/4 penaltys et 1 rouge oubliés). On prend quand même car ça nous a reboosté. Idem face à Paris, le match aurait été tout autre si les parisiens avaient encore un objectif en fin de saison. Avec le résultat de St-Etienne à Nice, on est maintenus à 99,9%. J’espère que les joueurs vont vouloir fêter ça avec leur public samedi.

Bruno Irles, le coach Troyen Crédit Photo: Imago

CSO : Laurent Battles a été remplacé en début d’année par Bruno Irles. Avez-vous compris ce choix ? Qu’est ce qui a changé dans votre équipe depuis ce changement d’entraineur ?

LCT : L’éviction de Batlles a résonné comme une bombe car l’équipe semblait dans les temps de passage. La nomination d’Irles a aussi surpris, même si l’on sait qu’il était déjà dans les petits papiers en juin dernier. Un entraîneur novice en L1 qui ne connaît pas les joueurs pour remplacer un novice en L1 qui a monté cette équipe depuis 2 ans et demi. Ça paraissait bizarre. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, les joueurs ont adhéré au projet qui est plus défensif et moins spectaculaire. Mais plus efficace puisque le nombre de pts/match d’Irles est supérieur à celui de Batlles en L1.

CSO : La saison étant presque finie, quel sont vos souhaits pour la saison prochaine ?

LCT : Ce sera une saison à 4 descentes. On espère évidemment continuer sur notre lancée et poursuivre le plus longtemps possible en L1. Je sais que beaucoup de supporters regardent plus haut mais il ne faut pas, à mon goût, brûler les étapes. Un ventre mou, 10/12e et on sera comblés.

CSO : Vous allez recevoir un RC Lens en pleine forme qui a toujours une infime chance de se qualifier en coupe d’Europe. A quel type de match vous attendez vous ?

LCT : Un match très prolifique. Avec des troyens décomplexés, des lensois qui veulent garder un infime espoir de décrocher l’Europe, j’espère assister à une rencontre débridée et du spectacle. On aimerait aussi que le coach profite de ces derniers matchs bonus pour faire participer à la fête des jeunes ou même des recrues à 5M par exemple !

Crédit Photo : Reuters

CSO : Malgré beaucoup d’interdictions de déplacements, souvent ridicules, et de nombreuses embuches, il y aura quand même pas mal de lensois disséminés un peu partout dans le stade. Entre les troyens qui voudront fêter leur maintien et les lensois qui voudront pousser leur équipe cela promet d’être une belle fête !

LCT : Contrairement aux matchs face à Marseille ou Paris, ce seront de vrais supporters lensois qui garniront les tribunes du Stade de l’Aube et pas des footix qui se lèvent sur les buts de chaque équipe. En revanche, je fais parti de ceux qui n’ont pas oublié que Lens est monté grâce au Covid et j’espère que les troyens montreront qu’ils ont leur place en L1 tant sur le terrain que dans les tribunes.

CSO : ESTAC-RCLENS de 2007 reste pour beaucoup de lensois un traumatisme. Êtes-vous conscients de ce poids historique qui pèse sur cette rencontre ?

LCT : Tout à fait ! On sent que la plaie n’est pas refermée du côté de Lens qui était venu la fleur au fusil en 2007. Le début de la fin comme vous le dites !

Troyes-Lens 2006-2007

CSO : Un pronostic ?

LCT : Un 3-3 avec un but de Touzghar et un de Jean. Bien sûr le 1er cité ne célèbrera pas par respect. Le 2nd …

CSO : Le mot de la fin ?

LCT : Dites à Cahuzac que nos joueurs veulent partir en vacances sur leurs 2 jambes 😅

Merci au @LeCafeTroyen pour leur réponses.

Vous souhaitez partager l'article ?