CULTURE SANG & OR

Il était une fois Lens – Nice, le 19/05/2007

Il n’y a pas énormément d’affiches contre Nice qui restent dans les mémoires des supporters lensois. Les rencontres face aux niçois sont souvent âpres et peu prolifiques en but. Celle de cette fin de saison 2006-2007 ne déroge pas à la règle. Au programme, résultat décevant, doigts d’honneur, bronca et tournage d’un blockbuster !

Contexte        

37ème et avant-dernière journée de la saison 2006-2007, le RC Lens reçoit les niçois pour consolider sa 3ème place au championnat synonyme de tour préliminaire de Ligue des Champions. En face, l’OGC Nice galère en championnat et a besoin encore d’un petit point pour assurer son maintien, autrement dit c’est le choc des extrêmes géographiquement et footballistiquement parlant !

Le Match

Devant 38 500 supporters, les hommes de Francis Gillot, qui coache pour la dernière fois Lens à Bollaert (mais ça il ne le sait pas encore), n’ont pas d’autre choix que la victoire. Depuis la victoire à Marseille à la 27ème journée, 4 jours après une élimination calamiteuse en quart de finale de coupe de France à Gueugnon face à Montceau-les-mines, les résultats sont en dent de scie. Le RCL n’arrive plus à trouver le chemin des filets et son buteur vedette, Daniel Cousin, en est la parfaite illustration. Malgré un quatuor offensif de qualité (Monterrubio, Carrière, Cousin, Dindane) et la présence du meilleur buteur lensois de la saison au sein du double pivot (Seydou Keita), les lensois n’arrivent pas à inquiéter le jeune Hugo Lloris. Quand Francis Gillot décide d’injecter du sang neuf en seconde mi-temps en remplaçant son attaquant Cousin par Issam Jemaa, le stade Bollaert se met à conspuer le sortant qui ne trouve pas mieux comme réaction qu’un double fuck bien visible adressé à la Marek.

Crédit : Eurosport

Il faut dire que marcher sur le terrain et déclarer dans la presse qu’il n’a plus le cœur à Lens n’est pas forcément la manière la plus intelligente de préparer un transfert. La bronca redouble donc d’intensité accompagnée d’un chant qui en temps normal est plutôt destiné à Jéjé Rothen ou Flo Balmont. 0-0, le score en reste là et les lensois restent confiants car il « suffit » d’aller gagner à Troyes, déjà en seconde division. L’ambiance reste donc positive et les équipes de Dany Boon, venues pour tourner plusieurs scènes pour le futur « Bienvenue chez les ch’tis », peuvent donc profiter des supporters lensois restés en Marek pour enregistrer les nombreuses prises qui deviendront mythiques !

Suite de la saison

A peine les caméras de Dany éteintes, la semaine de préparation pour la finale à Troyes commence et s’annonce bien mouvementée avec notamment l’exclusion du groupe professionnel de Daniel Cousin. La suite, vous la connaissez tous avec ce crash mémorable dans l’Aube malgré un parcage magnifique de plusieurs milliers de fans. Quand on sait, a posteriori, qu’un simple nul chez le relégué troyen ou une victoire face à Nice aurait suffi pour décrocher le podium, ça nous laisse sans voix.

Finalement, c’est donc Toulouse qui hérite du tour préliminaire et de Liverpool pour une confrontation perdue 5-0 sur l’ensemble des 2 matchs et sans la moindre illusion. What else ?

Par Guillaume

Vous souhaitez partager l'article ?