CULTURE SANG & OR

Theo

Défaite des familles

Remise en question, inquiétude, mauvaise passe, période difficile, crise… ce lundi, les maux ne manquent pas. Pourtant, au cœur d’une actualité chargée et d’un début de championnat agité, la vie de supporter du RC Lens continue. Dans 2 jours, le club fera son entrée en lice en Ligue des champions. Photo RC Lens la recherche de coupables Recrutement tardif de trois joueurs, officialisation de l’entrée au capital d’un nouvel investisseur et départ précoce de la première recrue de l’été… ces dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour le Racing. L’arrivée d’un actionnaire minoritaire est certes une excellente nouvelle. Mais après un début de saison raté, la physionomie et la clôture de ce mercato interrogent. Ces questionnements se sont particulièrement intensifiés depuis la défaite face à Metz. En temps de crise, l’un des premiers réflexes est de chercher le(s) coupable(s). Mais y-en-a-t-il vraiment un ? L’échec Stijn Spierings et les niveaux de formes éparses suite à des arrivées tardives exposent naturellement Gregory Thil. L’article du quotidien L’Equipe affirmant une reprise en main du mercato par Arnaud Pouille à compter du mois d’août le fragilise d’autant plus. Pour autant, ceux qui critiquent le directeur technique lensois ne sont-ils pas les mêmes qui encensent le match d’Abdukodir Khusanov ? L’international ouzbèke de 19 ans, illustre inconnu au moment de son arrivée au Racing et trouvaille de la direction sportive, était de loin le meilleur élément sur le terrain samedi. On se tourne alors vers les chiffres et le constat d’un bilan comptable catastrophique avec 1 point pris sur 15 possibles. Si on l’associe à l’incapacité des joueurs à réagir lorsqu’ils sont menés, les projecteurs s’orientent naturellement vers leur guide : Franck Haise. C’est un triste classique du football moderne. En cas de mauvais résultats, le coach est le premier fusible. Pour la première fois depuis sa nomination à la tête de l’équipe première, certains supporters se demandent s’il est toujours l’homme de la situation. Ainsi, après un peu plus d’un mois de compétition, nombreux sont ceux qui balayent d’un revers de la main plus de trois années d’idylle et l’une des meilleures saisons de l’histoire du club. Une réponse collective Samedi encore, dans un onze new-look, avec les débuts de Ruben Aguilar et Abdukodir Khusanov, mais aussi le positionnement d’Adrien Thomasson en 8, le Racing a livré une première mi-temps aboutie. Certes, la deuxième mi-temps le fût beaucoup moins et le match se soldera par une défaite face à un faible promu. Déroute de Monaco mise à part, on peut résumer le début de saison lensois à cela : des premières mi-temps intéressantes et des victoires absentes. Arrivent alors les doutes, une crise de confiance et des analyses individuelles forcément plus sévères car réalisées par le prisme d’un début de championnat famélique. En effet, on ne peut nier les défaillances de certains cadres, ceux-là même qui doivent emmener le reste de l’équipe dans leur sillage. Franck Haise mentionnait en après-match l’importance de garder la tête haute, elle doit aussi être froide. Ce RC Lens doit de toute évidence changer des choses pour surmonter cette mauvaise passe. Mais doit-il pour autant tout bouleverser ? Une partie de la réponse se trouvera dans la quête d’un nouvel équilibre, avec des locomotives qui ne seront peut-être pas celles attendues au départ. Les blessés et suspendus vont revenir et les automatismes vont s’affiner. Rien ne garantit que l’horizon s’éclaircisse rapidement ni même qu’il s’éclaircisse tout court. Mais ce staff et une partie de ce groupe ont déjà démontré de belles valeurs morales par le passé. Mercredi, le Racing Club de Lens entamera sa campagne en Ligue des champions face à un FC Séville lui aussi malade malgré son rebond dominical. Elle n’aura pas la même pression du résultat qu’en championnat. Le combo idéal pour enfin lancer sa saison ? C’est en tout cas le souhait de tous les supporters lensois. Il est grand temps de sortir de cette spirale qui contient toujours les mêmes rengaines d’après-match : « on paye des erreurs individuelles », « à ne pas concrétiser on finit par s’exposer » ou encore « on en a pas fait assez ». Qu’importe l’équipe alignée. Qu’importe la manière. Finissons-en. Cette semaine. Car, comme le dirait presque Orelsan « j’déteste ces défaites des familles. »

Défaite des familles Lire la suite »

Stijn Spierings quitte le RC Lens

Arrivé au RC Lens fin juin, le milieu néerlandais quitte déjà le club artésien pour rejoindre le Toulouse FC sous la forme d’un prêt sec. Photo RC Lens Stijn Spierings avait signé libre au Racing après avoir honoré la dernière année de son contrat avec le club toulousain. Recruté afin d’épaissir les rangs lensois et d’apporter davantage de densité physique, il n’est pas parvenu à s’intégrer au collectif. En plus des matchs de préparation, le milieu de 27 ans aura disputé une centaine de minutes sous la tunique lensoise, dont une titularisation face à l’AS Monaco. La défaite face au club monégasque semble avoir été le point culminant du malaise entre le joueur et le RC Lens. Une défaite cinglante suite à une piètre performance collective et un remplacement à la 57ème minute alors que Stijn Spierings était en plein naufrage. Son attitude, entre dépit et détachement lors de sa sortie du terrain a, selon le quotidien L’Équipe, « heurté ses coéquipiers et le staff ». Quelques jours plus tard, Nampalys Mendy, lui aussi milieu de terrain, est recruté. Enfin, le néerlandais est le grand absent de la liste dévoilée par les Sang & Or pour la Ligue des champions. Damien Comolli, président du Toulouse FC, a alors pris contact avec le joueur et le RC Lens pour discuter des conditions d’un retour. Les deux clubs sont ainsi tombés d’accord ce jour autour d’un prêt sec avec prise en charge d’une partie du salaire par le club toulousain.

Stijn Spierings quitte le RC Lens Lire la suite »

Le RC Lens dévoile sa liste pour la Ligue des champions

Le club artésien a révélé la liste des 25 joueurs qui pourront prendre part aux phases de poules de la C1. Photo UEFA Les clubs qualifiés avaient jusqu’au 4 septembre pour rendre à l’UEFA leur sélection. Celle du RC Lens n’avait pas encore été rendue publique contrairement à d’autres équipes comme le Paris Saint Germain ou encore l’un des futurs adversaires du Racing : le FC Séville. On y remarque notamment l’absence de Stijn Spierings, en instance de départ mais aussi du jeune colombien Oscar Cortès. A noter que L’UEFA impose la présence d’au moins 4 joueurs formés localement dans ce groupe. Ainsi, les présences de David Pereira da Costa, Yannick Pandor, Fodé Sylla et Ayanda Sishuba répondent à cet impératif. Retrouvez l’ensemble de la liste sur le site de l’UEFA en cliquant ici.

Le RC Lens dévoile sa liste pour la Ligue des champions Lire la suite »

Trêve de plaisanteries

Comme il y a vingt et un ans, le Racing Club de Lens va retrouver la Ligue des Champions après une saison historique. Pourtant, ce n’est pas la joie qui anime les cœurs lensois en fin de saison 2002 ou en début de championnat 2023. S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, la trêve arrive à point nommé pour prendre un peu de recul et s’amuser à comparer les deux plus grands Racing des années 2000. Une page à tourner Nous sommes en 2002. Alain Chabat réalise « Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre » et établit un nouveau record au box-office avec plus de 14 millions d’entrées. Le RC Lens, entraîné par Joël Muller, occupe lui aussi longtemps la première place du classement. Malheureusement, l’entraîneur ardennais, longtemps dans la peau d’Alain Chabat, va se retrouver dans celle de Guillaume Canet. 5 points pris sur les 6 derniers matchs et Lens termine à la seconde place. La fin de saison lensoise connaît ainsi le même sort que le dernier Astérix et fait un bide. Le Racing doit tourner la page et la trêve estivale va faire du bien. Après un mercato éreintant et un début de championnat insuffisant, le Lens de Franck Haise a lui aussi besoin de passer à autre chose. Même si l’équation est multifactorielle, le savant lensois l’a dit lui-même : « il ne reconnaît pas son équipe. » Le niveau et les attitudes posent question. Le manque de réaction face à des vents contraires reflète une addition d’individualités alors que le succès des Sang et Or depuis la remontée en Ligue 1 repose sur la force d’un groupe. Les supporters connaissent déjà par cœur le refrain qui relate l’absence de Seko Fofana et Loïs Openda. Mais si le RC Lens veut rester un hit, il doit faire comme MC Solaar en 2001 et leur dire pour de bon « Hasta la vista ». Photo : RC Lens Des effectifs stables A la même époque, le départ du très important El-Hadji Diouf avait été comblé par un joueur au profil similaire : John Utaka. Cette année, Elye Wahi est à lui seul un motif d’espoir. Andy Diouf, remplaçant désigné de « vous savez qui » a déjà pu montrer un peu de sa magie. Le talent est là, le banc s’est amélioré et neuf des onze joueurs ayant terminé la saison dernière dans la peau d’un titulaire sont encore présents au sein de l’effectif. Vingt et un ans en arrière, le onze lensois n’avait pas beaucoup bougé non plus et on retrouvait ainsi les Daniel Moreira, Antoine Sibierski ou encore Adama Coulibaly dans l’équipe. D’une année sur l’autre, le RC Lens a conservé son entraîneur et son assise défensive (respectivement 30 puis 31 buts encaissés en Ligue 1 entre 2001 et 2003). Il terminera le championnat à une 8ème place sans saveur mais gratifiera les supporters de prestations magnifiques face au grand Milan AC, au Deportivo La Corogne de Roy Makaay et au Bayern Munich. Malgré une fin de saison 2001-2002 qui ressemblait à une mauvaise plaisanterie, les souvenirs de ces soirées magiques de Ligue des Champions l’année suivante sont impérissables. A l’époque, le Racing avait su switcher et retrouver sa solidité défensive. Le RC Lens de Franck Haise devra en faire de même, pour que les supporters puissent rêver de nouveau.

Trêve de plaisanteries Lire la suite »

Nampalys Mendy rejoint le RC Lens

Le milieu de terrain international sénégalais (27 sélections) a paraphé hier un bail le liant pour deux années au club artésien. Source : Site officiel du RC Lens Il arrive libre en provenance de Leicester City, tout juste relégué en Championship. Formé à l’AS Monaco et révélé à l’OGC Nice dans un rôle de sentinelle, il ne se sera jamais réellement imposé durant ses années chez les Foxes. Cela ne l’a pas empêché de se distinguer en sélection. En effet, il a joué un rôle prépondérant dans le titre de champions d’Afrique remporté par le Sénégal. Nampalys Mendy était aussi titulaire lors de la dernière Coupe du Monde au Qatar. Joueur expérimenté, loué pour son état d’esprit et son abattage défensif, il vient renforcer un secteur qui s’est montré défaillant sur ce début de saison.

Nampalys Mendy rejoint le RC Lens Lire la suite »

La fièvre

« Tout a débuté un matin quand à 10h10, je fus tiré du lit par l’emmerdeur de service… » Par mon ami Baptiste sonnant à de trop courts interstices. Comme Kool Shen et Joey Starr, nous sommes sortis la veille et la nuit a été courte. Mais nous nous réveillons le corps bouillant car ce soir, c’est match. Photo rclens.fr Mon voisin n’en est pas à son coup d’essai. La veille, j’ai eu le malheur de laisser ma fenêtre ouverte. Suffisant pour qu’il m’arrache violemment des bras de Morphée, criant qu’il avait enfin trouvé l’Elye de son cœur. Le Racing a recruté son neuf et les supporters ont enfin renoué avec leur équipe. Si le jeûne peut parfois faire office de traitement, ce sevrage de près de trois mois sans match officiel au stade Bollaert-Delelis n’a pas fait retomber la puissante fièvre sang & or. Dimanche, il régnait un vent de nouveauté sur Lens. Présentation d’Elye Wahi, affichage des plaques commémoratives sur les grilles du stade, aménagements du parvis… Pourtant, c’est une recette bien connue que l’on a retrouvée sur le terrain : pressing, intensité, verticalité. La « Lensoise » à peine terminé que Deiver Machado et ses coéquipiers envoyaient le Stade rennais dans les cordes. Le piston colombien, déjà performant en préparation et face à Brest, a encore brillé hier. Un autre gaucher s’est distingué et a parfaitement assemblé nouveauté et préceptes haisiens : Andy Diouf. Ses grandes enjambées d’un bout à l’autre du terrain n’étaient pas sans rappeler son illustre prédécesseur Seko Fofana. Son élégance balle au pied et sa finesse technique ont charmé les observateurs. « Il y a des jours comme ça où tout ne va pas pour le mieux » Si seulement sa demi-volée à l’heure de jeu n’avait pas fui le cadre… C’eût été le match parfait pour le jeune milieu, et les supporters seraient sortis du stade le cœur plus léger. Car c’est bien la frustration qui domine à la fin du match. L’armada rennaise, impressionnante sur le papier, a été broyée par la machinerie lensoise en première mi-temps. La deuxième période a été marquée par un penalty consécutif à une perte de balle puis une faute du malheureux Salis Abdul Samed. Ce fait de jeu a donné un match plus ouvert, où Artésiens et Bretons auront tous deux eu les occasions pour l’emporter. Photo rclens.fr Une fois la frustration évacuée, on peut s’attarder sur le contenu du match proposé par les Sang & Or. Car ils n’ont laissé que des miettes à une équipe qui vise ouvertement le podium et qui pouvait se permettre de faire rentrer Nemanja Matić et Jérémy Doku en cours de match. La deuxième mi-temps inexplicablement faible réalisée à Brest a ainsi été balayée d’un revers de la main. Sans son nouvel attaquant vedette, le Racing a joué le match que les supporters et surtout Franck Haise attendaient. Déjà l’an dernier, Arnaud Pouille partageait sa crainte au sujet d’un « embourgeoisement » concernant les attentes autour du Racing. Lui et tout le board étaient attendus dans le choix du nouveau numéro 9. L’équipe l’était aussi pour son premier match à domicile face à un cador. Ils ont répondu présent, avant même l’arrivée du buteur tant attendu. Certes, le bilan comptable n’est pas satisfaisant après deux journées, et avant d’affronter Paris puis Monaco. Mais après la meilleure saison de son histoire, le départ de deux joueurs clés et la pression que cela implique, hier, les joueurs ont fait du Lens, sérieux et solide. Et ça, « c’est de la bombe bébé » .

La fièvre Lire la suite »

Roulez jeunesse !

À l’aube d’une nouvelle saison de Ligue 1 Uber Eats qui, à l’image du mercato, offre son lot d’espoirs et de doutes, le club continue son bonhomme de chemin. Si le développement de jeunes joueurs à fort potentiel fait partie intégrante de la stratégie du Racing, l’intersaison 2023 représente en ce sens un coup d’accélérateur. Crédit : RC Lens Ainsi l’été Sang & Or a démarré avec les rumeurs liées à l’arrivée d’Oscar Cortes, ailier colombien de 19 ans qui a brillé avec sa sélection lors du mondial U20 disputé cette année en Argentine. Il y terminera soulier de bronze (3ème meilleur buteur avec 4 buts), donnant ainsi encore un peu plus de relief à ses bonnes performances avec le Millionarios dans le championnat national. Considéré comme l’un des plus grands espoirs du pays, il était convoité par de nombreux clubs européens et a décidé de rejoindre le RC Lens. Son arrivée a été suivi par celle d’ Abdukodir Khusanov, une autre révélation de la Coupe du Monde U20. Il a 19 ans, est ouzbèke et suscite tout autant de curiosités. En effet, le central d’1m86 fait partie des 20 meilleurs défenseurs de sa génération selon l’Observatoire du football CIES. Ambidextre, rapide, bien placé et dur sur l’homme, Franck Haise a déjà témoigné de la qualité du joueur à travers ses entraînements et ses premières minutes sous le maillot lensois. Ces deux prospects n’arrivent pas avec un statut de titulaire mais feront partie de la rotation du technicien normand pour la saison à venir. Le club accorde d’ailleurs une attention particulière à l’intégration de ces deux jeunes étrangers. Ainsi, un interprète à plein temps a été débauché afin de faciliter l’intégration d’Abdukodir Khusanov. Toujours dans cette volonté d’adapter son staff aux besoins d’un effectif rajeuni, des missions bien spécifiques ont été attribuées à Johann Ramaré. Lors de sa nomination en tant que second adjoint de Franck Haise, le Racing indique dans son communiqué que ce dernier « aura particulièrement en charge le suivi et le développement des jeunes talents du groupe professionnel. » Neil El Aynaoui – Crédit : RC Lens Avec le recrutement de Neil El Aynaoui en provenance de l’AS Nancy Lorraine, le RC Lens maintient sa volonté de post-former des joueurs à fort potentiel. D’après l’algorithme employé par Data’Scout, le milieu de terrain franco-tunisien était le meilleur joueur de national l’an passé, obtenant le meilleur indice de performance parmi les joueurs évoluant au 3ème niveau français. La formation offre elle aussi de belles promesses avec l’intégration au groupe professionnel de Fodé Sylla et Ayanda Sishuba. Le premier est un milieu de terrain récupérateur, nommé plusieurs fois capitaine en équipe de France U17 tandis que le second est un milieu offensif plus créatif et international chez les U18 belges. Si la signature du premier contrat professionnel de Fodé Sylla est intervenue alors même que son nom était associé à de grosses écuries européennes, Ayanda Sishuba a davantage fait parler de lui cet été. Buteur à plusieurs reprises en préparation et doté d’une technique au-dessus de la moyenne, il a récemment fait l’objet d’un épisode du podcast proposé par L’Équipe : « L’avenir leur appartient ». Durant cet épisode, les journalistes Loïc Tanzi et Hugo Delom le désignent comme potentiel successeur du monégasque Elyesse Ben Seghir au rang des révélations offensives de Ligue 1 Uber Eats. Andy Diouf – Crédit : RC Lens Enfin, le RC Lens a recruté cet été Andy Diouf, élu l’an passé meilleur jeune de Ligue Europa Conférence et cité parmi les 50 joueurs à suivre (aux côtés de Facundo Médina) cette saison par Opta Analyst. Si ses qualités physiques et techniques ont sauté aux yeux des observateurs la saison dernière et durant la préparation, rien n’indique qu’il ait atteint son plafond de verre. Le successeur désigné de Seko Fofana n’a que 20 ans et sort d’une grande saison au troisième niveau continental. Sera-t-il pour autant en mesure de reproduire ses performances en Ligue des Champions ? La capacité du club à recruter des prospects de premier plan marque une rupture avec les saisons précédentes. Si les statuts des joueurs cités diffèrent au moment de leur arrivée au sein du groupe professionnel, la réussite du nouveau cycle artésien dépendra grandement de la capacité de ses ouailles à répondre aux attentes placées en eux, en France et en Europe.

Roulez jeunesse ! Lire la suite »

Jean Onana quitte le RC Lens

Le milieu de terrain camerounais rejoint le Beşiktaş Istanbul dans le cadre d’un transfert définitif. Crédit : Transfermarkt Le RC Lens vient de l’annoncer : Jean Onana s’est officiellement engagé avec le club turc du Beşiktaş Istanbul pour une durée de 4 ans. Son transfert est estimé à environ 5 millions d’euros. Il était arrivé en provenance de Bordeaux en toute fin de mercato l’an dernier pour un montant similaire. Recruté afin de se faire une place dans la rotation au milieu de terrain, il aura été victime de la régularité des deux piliers Salis Abdul Samed et Seko Fofana.   Au final, le Camerounais a disputé 23 matchs toutes compétitions confondues sous les couleurs Sang & Or, dont 10 en tant que titulaire. Sa polyvalence lui aura permis d’obtenir davantage de temps de jeu en deuxième partie de saison, relayant notamment Kevin Danso en qualité de défenseur central. Il quitte donc le RC Lens pour prétendre à une place de titulaire dans le championnat turc.

Jean Onana quitte le RC Lens Lire la suite »

Seko Fofana rejoint Al-Nassr

Le transfert du désormais ex milieu de terrain lensois vers l’Arabie Saoudite a été officialisé ce jour. Crédit : Eurosport Le joueur franco-ivoirien a signé aujourd’hui son contrat avec l’équipe saoudienne d’Al-Nassr. Son transfert est estimé entre 25 et 30 millions d’euros. Il rejoint une équipe où évolue déjà Cristiano Ronaldo et qui a tout juste recruté Marcelo Brozović en provenance de l’Inter Milan. En août 2020, il avait quitté l’Udinese pour rejoindre le Racing Club de Lens. Ce transfert avait à l’époque fait de lui le joueur le plus onéreux de l’histoire du club (indemnité d’environ 10 millions d’euros). Il a vite justifié cette somme record en devenant le symbole de la réussite du club en Ligue 1. Au total, il aura disputé 112 matchs toutes compétitions confondues sous le maillot Sang & Or. L’occasion pour lui d’inscrire 21 buts et de délivrer 11 passes décisives. Plus que les statistiques, le milieu de terrain aura marqué les esprits par son leadership et sa capacité à être décisif dans les grands matchs. Lors de l’officialisation de son départ, « Captain Seko » a une nouvelle fois surpris son monde en annonçant son entrée au capital du Racing. Il deviendra ainsi le premier joueur de l’histoire du RC Lens à devenir actionnaire tout en étant encore en activité. Si les modalités de cet engagement ne sont pas connues, cette annonce témoigne de l’attachement et la croyance du joueur au projet du club.

Seko Fofana rejoint Al-Nassr Lire la suite »

Adam Buksa prêté en Turquie

L’avant-centre rejoint le club d’Antalyaspor dans le cadre d’un prêt avec option d’achat. Source : Ligue 1 Uber Eats En juin 2022, l’arrivée de l’attaquant polonais en provenance des New England Revolution avait généré beaucoup d’attentes. En effet, il venait d’inscrire 28 buts en 45 matchs de Major League Soccer. Ses statistiques ainsi que son statut d’international (5 buts en 9 sélections) pouvaient présager d’une saison réussie au sein de l’équipe Sang & Or. Malheureusement, Adam Buksa a contracté une fracture de fatigue au pied lors d’un match international disputé en juin et est donc arrivé blessé. Il a manqué toute la préparation estivale avant de disputer ses premières minutes lors de la 7ème journée du championnat face à Troyes. Il est ensuite rentré en jeu lors des 3 matchs suivants face à Nantes, Lyon et Lille, sans toutefois réussir à mettre en avant ses qualités. Le staff médical prendra ensuite la décision de l’arrêter de nouveau afin de le réopérer. Au total, il aura participé à 8 matchs, à chaque fois en tant que remplaçant et sans jamais se montrer décisif. Le prêt de ce grand gabarit (1m91) à Antalyaspor permet au club de libérer de la masse salariale (le club turc prendra en charge la majeure partie de son salaire) tout en lui offrant la possibilité d’avoir du temps de jeu pour éventuellement se relancer. Sources : RC Lens, Transfermarkt

Adam Buksa prêté en Turquie Lire la suite »

Retour en haut