CULTURE SANG & OR

Continuité adaptée

Dans une dizaine de jours, le sport roi reprendra ses droits et le plus beau club de l’Univers jouera l’épisode 1 de la saison 3 de son retour dans l’élite. Le costume du promu a été rangé dans l’armoire, celui de l’ex-promu en sursis également. Deux fois 7ème, à l’aise. Se dresse désormais sur le chemin du RC Lens le réducteur de particules, le vide augmenté, la saison 2022/2023 de tous les pièges. Une saison qui verra quatre clubs de l’Élite tomber au combat et rejoindre cette antichambre boueuse et mouvante qu’est la Ligue 2. Le petit monstre de la peur s’est installé dans la tête de la plupart des présidents de L1. Gare au carnage.

(crédit : rclens.fr)

A quelques exceptions près, le football n’est qu’incertitude. Laissons de côté la terminologie philosophique, et concentrons-nous sur son application au football, religion païenne qui tient un rôle à part dans la société européenne, de la pointe de Sagres à l’archipel des Lofoten. Le football, ce sport dont le terrain propose des dimensions bien trop grandes pour un quadrillage optimal à dix joueurs de champ. Déséquilibres. D’ailleurs, le rugby ne se joue-t-il pas à quinze ? Le détail tactique, la préparation physique, l’optimisation collective, la concentration mentale, l’agressivité de tous les instants, et de plus en plus, l’exploit individuel, sont autant d’éléments qui permettent à une équipe de prendre l’avantage sur son adversaire. Dans le rapport de force. Tant de facteurs, qui sont eux-mêmes influencés par d’autres facteurs, plus ou moins visibles, parfois propres à l’intimité de chacun des hommes de terrain, ou à ces masses populaires qui, dans certains stades, poussent les belligérants à dépasser leurs limites. Vous avez dit Bollaert ?

Le RC Lens vu comme exemple

Apprendre à préparer l’incertitude, donc. Non, ceci n’est pas un article de Charles Pépin. Face à l’inconnu, deux postures sont possibles. Celle de l’improvisation, et celle de la préparation. Il s’agira toujours d’improviser, mais en étant préparé. Comme dans la vie, personne ne sait de quoi seront faites les prochaines semaines, ou années. Le bonheur comme le tragique peuvent frapper à notre porte à tout instant. Il en va de même pour un collectif et in extenso un club de football. Une blessure grave d’un joueur clef, une mauvaise série de résultats qui mènent à une perte de confiance, à l’explosion d’un groupe. On parle souvent de la chance du champion, et de la poisse du relégué. Chaque saison, cette théorie se vérifie. Parce que le football est fait d’équilibres fragiles et complexes, et que seule la préparation permet d’éviter de heurter de plein fouet l’iceberg qui se dressera irrémédiablement sur notre route. Bien que l’on ne puisse réduire la préparation d’un club à son classement de fin de saison, il est évident qu’il y a des clubs qui improvisent, et qu’on retrouve souvent dans la charrette, et d’autres qui s’hyper-préparent, pondérant ainsi le niveau intrinsèque de l’effectif, en bien ou en mal. 

Au quotidien, le RC Lens travaille d’arrache pied pour réduire cette incertitude, dans le visible comme dans l’invisible. De sources concordantes, il y a peu de clubs dans ce pays qui travaillent aussi bien que le club Sang et Or depuis quelques saisons. Rien n’est laissé au hasard. Les compétences sont multiples et à tous les étages. Du pôle performance à la définition de la tactique, du recrutement au suivi individualisé de chaque joueur, du subtil équilibre entre réalités économiques et nécessités sportives à l’évolution du staff, tout est réfléchi pour anticiper ce que l’on ne peut prévoir à l’aube d’une nouvelle saison. Pour faire en sorte que le coup dur soit maîtrisé si non anticipé, que la déviation de la trajectoire puisse être corrigée le plus rapidement possible, que la crise ne puisse s’installer durablement dans le vestiaire. La gestion par le doute, prônée par Franck Haise, permet en fait de réduire au maximum la contamination par la peur. Sans pour autant jamais l’éliminer. Le RC Lens, qui a mis en place tous les outils pour pouvoir continuer sa route sereinement, attaque cette nouvelle saison avec une ambitieuse humilité, vœux renouvelés par Arnaud Pouille et Florent Ghisolfi lors de la conférence de presse de rentrée. En respectant plus que tout les volontés du Dieu Football, qui frappe aléatoirement. Sans jamais prévenir. 

Ecrit par Antoine

Vous souhaitez partager l'article ?